Cet article commence la traduction et le commentaire du texte de Tamai, Shiatsu-ho. (Pour la première partie, voir l’article original en anglais dans le NAJOM n°79, juillet 2020 ou lire la version française ici). Dans cette seconde partie, Stehen Brown commence à traduire les parties les plus intéressantes de l’ouvrage fondateur du Shiatsu : Shiatsu-Ho de Tenpeki Tamaï. Pour information, il le seul à avoir nommé sa technique ainsi. Toutes les écoles suivantes reprennent ce nom en ajoutant le nom de leur fondateur ou de leur style. Ce sont des ryû ou écoles/styles. Nous les connaissons bien (Namikoshi Shiatsu, Zen Shiatsu de Masunaga, Ohashiatsu de Ohashi, etc.) car ce sont ces courants qui ont progressé à travers le monde. Mais de l’œuvre du fondateur et de sa vision des choses nous ne savons presque rien. C’est pour cela que la traduction de son œuvre est fondamentale. De plus, Stephen Brown ajoute ses propres commentaires au fur et à mesure de la traduction, permettant d’ajouter un éclairage supplémentaire sur le contenu du livre. Pour une plus grande précision, j’ai ajouté également à la fin le travail important de Billy Ristuccia qui a traduit la table des matières du livre. Grâce à eux deux, nous approfondissons de plus en plus notre chemin vers les racines du Shiatsu.


Par Stephen Brown

La version réimprimée du Shiatsu-ho[i] est une combinaison du texte original avec un manuel de traitement de diverses maladies, qui était à l’origine uniquement disponible pour les étudiants de Tamaï. Cette dernière section occupe 76 pages, alors que le texte principal comprend 537 pages. Ensemble, ces parties constituent un compendium impressionnant de la thérapie Shiatsu. La traduction intégrale de l’ensemble du texte prendrait beaucoup trop de temps, heureusement presque la moitié du texte explique l’anatomie et la physiologie occidentale. J’ai donc choisi de sauter les parties du texte qui ont à voir exclusivement avec la médecine occidentale.

Dans cet article je vais couvrir le tout début du texte principal sur le Shiatsu, soit environ 100 pages. Mais comme les pages 10 à 96 traitent des “Aspects physiologiques de la thérapie shiatsu”, que je ne couvrirai pas, cet article portera principalement sur le tout début du livre. Les “Aspects physiologiques” représentent l’anatomie occidentale et la physiologie, en passant des cellules à la peau et aux organes ainsi que les systèmes d’organes et ne concerne pas le Shiatsu proprement dit. Il est intéressant toutefois de noter que Tamaï a choisi d’inclure autant d’anatomie et de physiologie dans son texte alors que cela ne semble pas avoir de rapport direct avec la théorie ou la pratique du shiatsu. Il est probable que, à une époque où la science occidentale était ascendante, Tamaï ait voulu impressionner les gens avec sa compréhension de la vision moderne du corps.

Extrait des pages anatomiques

La préface

Après la table des matières (voir la section Bonus en fin d’article) avec les titres des chapitres suit la courte préface suivante :

« La thérapie Shiatsu nourrit les éléments essentiels du corps, et corrige les anomalies dans les électrons, et (équilibre) les éléments qui composent les cellules afin qu’il n’y ait pas d’excès ou de manque et que l’activité des cellules reste saine. Il régule la fonction physiologique des nerfs et ajuste les activités métaboliques des différents systèmes organiques pour promouvoir la santé.

La thérapie Shiatsu entraîne les muscles du squelette ainsi que les organes internes, et ajuste la structure squelettique, améliore la constitution et renforce l’immunité. Elle élimine ainsi les causes internes de la maladie, ce qui permet de résister les causes externes et prévenir diverses maladies.

La thérapie Shiatsu est appliquée en fonction de l’état de maladie du corps et de l’esprit, et ainsi harmonise l’esprit et le corps pour renforcer la capacité d’autoguérison et ainsi guérit les maladies.

L’auteur a lui-même pratiqué cette méthode depuis 20 ans et a aidé plusieurs milliers de personnes à améliorer leur santé, à prévenir et à guérir les maladies. L’effet est fiable et il n’y a aucun effet secondaire. J’espère que beaucoup mettront cette méthode en pratique.

– L’auteur »

Dans sa préface, Tamaï invoque des termes comme étant des éléments essentiels « électrons, cellules et fonction physiologique des nerfs » pour expliquer les effets en termes matérialistes et positionner le Shiatsu comme une méthode thérapeutique moderne. Mais il fait volte-face dans les quatre pages de calligraphie qui suivent pour indiquer une dimension spirituelle. Ces œuvres calligraphiées sont l’œuvre de différents maîtres. Il est difficile de retrouver les calligraphes, mais chaque page est l’œuvre d’une personne différente, avec un style nettement différent.

Chikara

Le premier est le plus simple, un seul caractère CHIKARA pour dire « force ou puissance ». Le second représente simplement les caractères du Shiatsu. C’est très approprié si l’on considère que le nom Shiatsu vient d’être inventé par Tamaï. La troisième page comporte également deux caractères SEI et SHIN, qui ensemble signifient « cœur/esprit correct ou droit. cœur/esprit droit ». La dernière page avec les deux caractères Ho et I, semble parler le plus à l’esprit du Shiatsu. En effet, ils signifient “nourrir”.

Sei Shin

Le principal porte-parole du Shiatsu au Japon fut Namikoshi Tokujiro. Tokujiro est devenu célèbre avec son slogan « Le coeur/esprit du Shiatsu est comme le cœur/esprit d’une mère ». Cet aspect nourricier du shiatsu a été mis en avant par Masunaga aussi, et il l’a lié à son concept de tonification qui est crucial pour tout changement fondamental.

Avant-propos de « La thérapie Shiatsu »

Ensuite, il y a un avant-propos d’un moine zen qui souligne davantage l’aspect spirituel du Shiatsu, comme suit :

« Comme mon moi provient de la même source que le Ciel et la Terre, je ne fais qu’un avec les Dix mille choses. Ainsi, fondamentalement, il n’y a pas de moi séparé et il ne peut y avoir de “moi” individuel. Et puisqu’il n’y a pas de “moi”, il n’y a pas non plus de naissance ou de mort du “moi”. Par conséquent, lorsque nous chantons “pas de moi” avec une concentration totale, il y a une réponse mystérieuse, les Quatre Incommensurables sont atteints et nous atteignons une vie dorée indestructible. Mon ami dans le Dharma, Tamaï Tenpeki, a sondé les profondeurs de la naissance, du vieillissement, de la maladie et de la mort et a découvert le moyen de guérir la maladie et de promouvoir la santé dans le corps et l’esprit. Il a mis cette découverte à l’épreuve de la réalité pratique depuis plus de dix ans, et dans aucun cas il n’a échoué. Il a maintenant écrit ce texte et a rendu (sa méthode) publique pour aider l’humanité. J’écris cet avant-propos pour reconnaître que c’est la plus haute méthode pour la santé du corps et de l’esprit. »

– 16 juin 1936 Tōkaido Ofuna Mugasso

Temple, Hamachi Tensho

En d’autres termes, au tout début du texte, Tamaï fait comprendre au lecteur que le Shiatsu est scientifique et en même temps qu’il a une profondeur spirituelle issue de la culture traditionnelle (Zen).

Structure du chapitre 1

Après avoir présenté une seule page sur la théorie générale de la thérapie Shiatsu, suivent 90 pages de physiologie de base. Sa « Théorie générale de la thérapie Shiatsu » se lit comme suit :

  • Chapitre 1 : Explication de la thérapie shiatsu
    • Section 1 : Harmonie corps-esprit
      • Il élimine le stress mental, libère la douleur physique et l’inconfort, et harmonise le corps et l’esprit.
    • Section 2 : Correspond à la nature de l’individu
      • Parce qu’il s’aligne sur la nature, il est agréable.
    • Section 3 : Il s’accorde avec la physiologie
      • Il favorise les conditions de vie des cellules.
      • Il normalise la respiration, régularise le rythme cardiaque et la circulation, améliore la digestion et l’absorption et permet une sécrétion et une élimination normales pour ainsi aider les fonctions physiologiques.

Dans cette explication très concise des effets du Shiatsu, Tamaï aborde l’aspect mental, la sensibilité personnelle (le plaisir) et l’aspect physique. Il est clair qu’il met l’accent sur l’aspect physique et fournit des détails sur la manière dont le Shiatsu facilite l’entretien de fonctions physiologiques saines. Cette explication est suivie d’une longue section sur la physiologie occidentale. Cela se lit comme un manuel de physiologie du début du 20ème siècle. Avant d’entrer dans les détails de la théorie ou la pratique du Shiatsu, Tamaï choisit donc d’expliquer la vision matérialiste occidentale du corps.

Beaucoup, surtout en Occident, croient que le Shiatsu est une thérapie traditionnelle, mais en réalité, il est né d’une vision moderne du corps et n’est pas basé sur le concept de la médecine traditionnelle, mais en réalité il émerge d’une vision moderne du corps et n’est pas basé sur l’ancien concept chinois ou même sur le concept médiéval japonais du corps. Ce n’est que dans les années 1960 que des écoles de Shiatsu ont émergé, notamment avec Masunaga Shizuto, qui ont rétabli le corps traditionnel avec le Qi et les méridiens. Alors, quel était le Shiatsu de Tamaï, mélange d’une vision occidentale du corps et d’une vision spirituelle japonaise ?
C’est ce que c’est ce que nous allons découvrir en lisant la suite.


Note :

[i] Il existe deux versions du livre de Tenpeki Tamaï. La version originale de 1939 s’intitule Shiatsu Ryoho, soit Thérapie Shiatsu. La seconde version est une réimpression augmentée et date de 2008. Elle s’intitule Shiatsu-Ho (le titre d’origine se retrouve en 3ème page) ce qui signifie simplement Technique ou Méthode Shiatsu.


Bonus :

Voici la traduction de la table des matières du livre par Billy Ristuccia faite dans le groupe de recherche History of Shiatsu.

[目次] Mokuji (Table of Contents)

  • 標題 Hyōdai (Title)
  • 目次 / p.1 Mokuji
  • 緒言 / p.3 Shogen (Introduction)
  • 題字 p.4 Daiji (Topic/Subject)
  • 序文 / p.8 Jobun (Preface)
  • 第一編 指壓療法總論 / p.9 Chapter 1 – Shiatsu Ryōhō Soron (Shiatsu Therapy General Theory)
  • 第二編 指壓療法生理學摘要 / p.10 Chapter 2 -Shiatsu Ryōhō Seirigaku Tekiyo (Shiatsu Therapy Application of Physiology)
  • 解剖學 生理學 / p.14 – Kaibogaku Seirigaku (Anatomy Physiology)
  • 組織學 / p.81 – Soshikigaku (Histology)
  • 第三編 指壓方式 / p.97 Chapter 3 – Shiatsu Hōshiki (Shiatsu Method)
  • 第四編 迫壓方式 / p.113 Chapter 4 – Appaku Hōshiki (Pressure Method)
  • 第五編 抑壓方式 / p.118 Chapter 5 – Osae/Yokuatsu Hōshiki (Suppression Method)
  • 第六編 方式附記 / p.120 Chapter 6 – Hōshiki Fuki (Method Note)
  • 第七編 指壓療法三大綱領 / p.123 Chapter 7 – Shiatsu Ryōhō Sandai Kōryō (Shiatsu Therapy Three Major Main Points)
  • 第八編 腹内臟器強健法 / p.134 Chapter 8 – Anpaku Hizo Kyoken Hō (Abdominal Spleen Strong Health Method)
  • 第九編 胸腔内臟器強健法 / p.176 Chapter 9 – Kyōkū Uchi Hizo Kyoken Hō (Intrathoracic Spleen Strong Health Method)
  • 第十編 腦脊髓強健法 / p.184 Chapter 10 – Nosekizui Kyoken Hō (Brain Spinal Cord Strong Health Method)
  • 第十一編 身體外面諸器強健法 / p.191 Chapter 11 – Shintai Gaimen Shoki (Body Outer Surface Instruments Strong Health Method)第十二編 諸病豫防法 / p.208 Chapter 12 – Shobyo Yobohō (Various Diseases Prevention Methods)
  • 第十三編 應急法(速治法) / p.218 Chapter 13 – Okyu Hō (Sokuchi Hō) First Aid (Rapid Cure Method)
  • 第十四編 指壓療法物理學 / p.230 Chapter 14 – Shiatsu Ryōhō Butsurigaku (Shiatsu Therapy Physics)
  • 第十五編 指壓療法化學 / p.237 Chapter 15 – Shiatsu Ryōhō Kagaku (Shiatsu Therapy Chemistry)
  • 第十六編 指壓療法生物學 / p.243 Chapter 16 – Shiatsu Ryōhō Seibutsugaku (Shiatsu Therapy Biology)
  • 第十七編 運動神經及作用筋 / p.249 Chapter 17 – Undō Shinkei Kyusaku Yokin (Movement Exercise Nerve Effector Muscle)
  • 第十八編 神經と内臟との關係 / p.261 Chapter 18 – Shinkei to Anpuku to no Kankei (The Relatioship of Nerves with the Abdomen)
  • 第十九編 諸般の運動 / p.270 Chapter 19 – Shohan no Undō (Various Movement Exercises)
  • 第二十編 神經の迫壓法 / p.279 Chapter 20 – Shinkei no Appaku Hō (Nerve Pressure Methods)
  • 第廿一編 指壓療法衞生學 / p.285 Chapter 21 – Shiatsu Ryōhō Eiseigaku (Shiatsu Therapy Hygiene)
  • 第廿二編 力の應用療法 / p.292 Chapter 22 – Chikara no Ōyō Ryōhō (Strength of Application Therapy)
  • 第廿三編 靈手指壓療法 / p.299 Chapter 23 – Reite Shiatsu Ryōhō (Spirit Hand Shiatsu Therapy)
  • 第廿四編 指壓療法觀心術 / p.303 Chapter 24 – Shiatsu Ryōhō Kanshinjutsu (Shiatsu Therapy Art of Contemplation)
  • 第廿五編 指壓療法暗示術 / p.314 Chapter 25 – Shiatsu Ryōhō Anjijutsu (Shiatsu Therapy Art of Suggestion)
  • 第廿六編 指壓療法心理學 / p.320 Chapter 26 – Shiatsu Ryōhō Shinrigaku (Shiatsu Therapy State of Mind Study)
  • 第廿七編 指壓療法哲學 / p.335 Chapter 27 – Shiatsu Ryōhō Tetsugaku (Shiatsu Therapy Philosophy)
  • 第廿八編 指壓療法原理 / p.345 Chapter 28 – Shiatsu Ryōhō Genri (Shiatsu Therapy Principles)
  • 第廿九編 指壓療法は善の行爲也 / p.349 Chapter 29 – Shiatsu Ryōhō Wa zen no gyō tamenari (Shiatsu Therapy is the Act of Goodness)
  • 第三十編 指壓療法疾病概念 / p.358 Chapter 30 – Shiatsu Ryōhō Shippei Gainen (Shiatsu Therapy Disease Concepts)
  • 第卅一編 指壓療法病理學 / p.390 Chapter 31 – Shiatsu Ryōhō Byōrigaku (Shiatsu Therapy Pathology)
  • 第卅二編 指壓治療實驗例 / p.416 Chapter 32 – Shiatsu Chiryō Jikken Rei (Shiatsu Treatment Case Studies)
  • 第卅三編 指壓部位概要 / p.426 Chapter 33 – Shiatsu Bui Gaiyō (Shiatsu Articulation Points)
  • 第卅四編 指壓療法信條 / p.433 Chapter 34 – Shiatsu Ryōhō Shinjō (Shiatsu Therapy Faith)
  • 第卅五編 指壓諸病治療法 / p.436 Chapter 35 – Shiatsu Shobyo Chiryō Hō (Shiatsu Treatment of Various Diseases)
  • 第卅六編 心經講義 / p.499 Chapter 36 – Shingyō Kōgi (Heart Sutra Lecture)第卅七編 補遺録 / 525 Chapter 37 Hoiroku (Addendum)
  • 第卅八編 指壓療法跋 / p.530 Chapter 38 – Shiatsu Ryōhō Batsu (Shiatsu Therapy Epilogue)

Les auteurs :

Stephen Brown est né et a grandi au Japon. Il est diplômé du Japan Central Acupuncture College à Tokyo en 1983. Après être autorisé à pratiquer le Shiatsu, puis l’acupuncture, il a étudié le Zen Shiatsu à la clinique de Shizuto Masunaga à Tokyo. En 1984, il s’est rendu à Pékin, Chine, pour assister à l’Advanced International Acupuncture Training Course de l’Académie de médecine traditionnelle chinoise. De retour à Tokyo, il poursuit ses études auprès de professeurs renommés, dont le médecin Manaka Yoshio et Serizawa Katsusuke. Il s’installe à Seattle en 1986 et ouvre son cabinet et commence à enseigner le Shiatsu et l’acupuncture au Northwest Institute of Acupuncture and Oriental Medicine. Plus tard, il a enseigné au Seattle Institute of East Asian Medicine, de 1997 à 2019. Étant de langue maternelle japonaise, il a traduit de nombreux textes sur la médecine orientale et a servi d’interprète dans des séminaires de médecine traditionnelle japonaise. Il a notamment traduit le texte de Shudo Denmei et promeut la thérapie des méridiens de style Shudo.

Billy Ristuccia est un fin connaisseur du monde des arts martiaux et des thérapies manuelles japonais. Il débute en 1973 la pratique dans le Yoshitsune Dojo (N.J., USA) avec pas moins de huit disciplines martiales en même temps. Il commence également l’étude de l’Anma et du Seikotsu (reboutage) ainsi que d’autres techniques médicales. Il n’a que 9 ans. Il passe toute sa vie entre le Japon et les USA à étudier et découvrir de nouvelles techniques dont le Shiatsu. En 1988 il est au Japon sous l’enseignement de Masaaki Hatsumi et suis aussi les cours de Noguchi senseï. Il ne cesse d’enrichir l’immense cursus qu’il a déjà appris en croisant nombres de grands maîtres dans toutes les disciplines : Takashi Nakamura (Anma), Shogo Mochizuki (Trésor national au Japon), Masayuki Saionji (Kotsuban Yumeiho), Yoshiaki Nakano (médecine kanpo, shiatsu), Nakano Sensei (moxage)… Très curieux et précis dans tout ce qu’il étudie, il apprend le japonais et se constitue une énorme bibliothèque de vieux livres dont il partage le contenu régulièrement sur le groupe History of Shiatsu. Aujourd’hui il est l’une des références mondiales en matière de Koho Anma et Shiatsu.