Interview de Carola Beresford-Cooke : « Je ne suis pas vraiment une femme pionnière. »

12 Juin, 2023
Reading Time: 30 minutes

Pas « un femme pionnière » ?  Peut-être. Carola Beresford-Cooke n’en a pas moins été initiée au Shiatsu en 1978 par Ohashi, a fait partie des membres fondateurs de la Shiatsu Society UK, et est connue depuis 1996 comme l’auteure de « Shiatsu Théorie et Pratique » (1), un ouvrage qui depuis des décennies est une référence incontournable du monde du Shiatsu. Écouter cette praticienne et enseignante de renom retracer son parcours incroyable revient à feuilleter de belles pages de l’éclosion de notre discipline en Europe.


François-Olivier Louail : Bonjour chère Carola. C’est un grand honneur de vous recevoir et pouvoir faire cette interview avec vous. Si vous le voulez bien, commençons par le début. D’où venez-vous? Quand êtes-vous née?

Carola Beresford-Cooke : Je ne sais pas avec certitude d’où je viens ! Je suis née en 1947 de parents anglais, à Londres, mais une grande partie de mon enfance s’est passée en Extrême-Orient – Malaisie, Singapour, Bali, Java, Sri Lanka. Ensuite, j’ai passé une grande partie de ma vie d’adulte à Londres avant de déménager au Pays de Galles où je suis jusqu’à aujourd’hui.

Dans quel environnement avez-vous grandi ? Y avait-il dans votre famille, ou autour de vous, des éléments qui vous prédisposaient à vous tourner un jour vers le Shiatsu ?

Je pense que mon itinéraire dans le monde du Shiatsu a commencé avec ma fascination d’enfance pour le mystère de la conscience et sa relation avec le corps.

Mon enfance a été assombrie par un père rigide et autoritaire : médecin, colonel, intellectuel. En Extrême-Orient, j’ai rencontré des « mystères » que les perspectives médicales de mon père ne pouvaient expliquer. Je me souviens en particulier de la procession de Thaipusam à Singapour, où les hommes défilaient en transe au son des gongs et des tambours, semblant ne pas sentir les gros crochets enfilés dans leur chair ou les pointes enfoncées dans leur langue. Je savais alors qu’il y avait des domaines de l’expérience humaine qui ne correspondaient pas aux croyances établies. Peut-être me suis-je également familiarisée avec les façons de penser de l’Asie de l’Est à cette époque. Rien de mystique, juste l’intégration confortable du mythe, du symbole et de l’esprit dans la vie quotidienne. Je l’ai trouvée chez mes professeurs joyeux et pragmatiques de dessin au pinceau chinois et de danse indienne et balinaise.

Image de danse balinaise (1958) © C. Beresford-Cooke

Quel a été le tournant qui vous a donné envie de vous engager dans cette voie ? Qu’est-ce qui vous a particulièrement attirée ?

Au départ, je voulais être médecin, comme mon père, mais il l’a interdit. À l’université, j’ai découvert que j’adorais embellir mes copines avant un bal, les coiffer et les maquiller, une manie qui m’a guidée plus tard. J’ai abandonné tous les projets académiques que mon père avait pour moi et je suis allé gérer un bistrot à la mode à Chelsea, à Londres. Mais je savais que j’avais besoin de me former pour une carrière et je me suis souvenue à quel point j’avais adoré cette activité d’embellissement, alors j’ai suivi un cours d’un an en thérapie esthétique. J’étais fascinée par l’anatomie et la physiologie, mais ce sont les cours de massage qui m’ont étonnée. J’ai senti mon corps pour la première fois entier, riche en confort, et non comme quelque chose à observer, à juger et à punir. C’était au milieu des années 70 et la révolution de la médecine complémentaire ne faisait que commencer. Je savais qu’il existait une version corporelle de l’acupuncture et, me souvenant de la procession de Thaipusam, j’ai voulu explorer cette zone magique. Je me dirigeais définitivement vers le Shiatsu ! Je me souviens d’avoir vu une petite carte épinglée dans mon magasin d’aliments naturels annonçant un atelier d’Ohashi et je me suis inscrite instantanément : ce moment a été un moment charnière pour moi et je m’en souviens très bien.

Où s’est déroulée votre formation ? Quels ont été vos maîtres directs ?

Mon premier atelier a eu lieu en 1978, avec Ohashi lors, je pense, de sa deuxième tournée en Europe. J’ai ensuite fait le kata qu’il nous a enseigné pendant plusieurs années, sur des centaines de personnes différentes. Je considère ces années comme parmi les plus précieuses de mon parcours de Shiatsu, car mes mains ont appris toutes les différentes formes et tailles de corps. Plus important encore, elles ont finalement découvert ce qui allait bien et ce qui ne marchait pas.

Lors de ce premier atelier, je me suis assise à côté de Michael Rose, qui connaissait déjà le Shiatsu et pratiquait depuis plusieurs années. Nous sommes devenus amis. Michael est allé au Japon pendant un an pour étudier avec Masunaga et quand il est revenu, il en savait évidemment encore plus et organisait des réunions de Shiatsu tous les mardis matin dans son petit appartement londonien. J’y ai rencontré Bill Palmer (2), Elaine Liechti, devenue directrice de l’école de Glasgow et auteure de plusieurs manuels de Shiatsu (3) et bien d’autres. Nous savions très peu de choses, mais nous avons beaucoup appris les uns des autres. Michael Rose a son propre style sensible mais semblable à celui d’un ours. C’est un maître très sous-estimé, à mon avis. Grâce à lui, j’ai rencontré Yuichi Kawada (4), et j’ai également eu l’occasion d’assister à un séminaire avec Masunaga à Paris. Par la suite, j’ai étudié dans des ateliers à Londres avec Rex Lassalle, Susan Krieger (une adepte de Shizuko Yamamoto (5) du style Barefoot Shiatsu) Akinobu Kishi (brièvement) et en France avec Ryokyu Endo (7). Ma professeure principale était Pauline Sasaki, de 1985 à 1992, date à laquelle j’ai arrêté ma formation de Shiatsu pour avoir un bébé. Quand j’ai recommencé, Pauline était passée à autre chose et je ne pouvais plus suivre ce qu’elle faisait ! Et bien sûr, j’ai étudié avec mes collègues avec qui j’ai co-enseigné au fil des ans : Paul Lundberg (8), Cliff Andrews, Elise Johnson (Shiatsu pour enfants) et Nicola Ley. Nous avons fondé ensemble le Shiatsu College en 1986. J’ai étudié plus récemment avec Nicola sur son style « Lightbody », dérivé de son travail continu avec Pauline. J’ai enfin retrouvé Pauline !

Pauline Sasaki (1985) C. Beresford-Cooke

J’inclurais ma formation en acupuncture dans le cadre de ma formation en Shiatsu. Celui-ci a toujours été ma discipline principale, mais l’acupuncture m’a aidée. J’ai d’abord étudié à l’école Worsley à Leamington – décevant, mais j’ai appris à regarder et à écouter et à absorber les signaux de mes récepteurs, et j’ai appris des points. Le plus bénéfique a été un cours dirigé par Giovanni Maciocia, Julian Scott et Peter Deadman, qui venaient de rentrer de Chine, et j’ai beaucoup appris d’eux. Giovanni Maciocia, bien sûr, a influencé une génération de praticiens de MTC avec ses livres, qui ont démystifié la médecine chinoise pour la première fois.

Paul Lundberg lors d’un enseignement de Pauline Sasaki (1985) © C. Beresford-Cooke

Quel genre de souvenirs gardez-vous d’eux ? Avez-vous des anecdotes ?

Beaucoup de mes expériences avec divers enseignants ont été assez courtes. Le Shiatsu au Royaume-Uni n’était pas ce qu’il est aujourd’hui, avec des cours prolongés et des formations professionnelles. Mon premier atelier avec Ohashi m’a beaucoup marquée. Il est devenu assez démodé d’aimer le travail d’Ohashi à une certaine époque au Royaume-Uni – mais c’est un homme de spectacle et il a eu une énorme influence en Occident. C’est à lui que nous devons d’avoir commencé nos premières leçons de Shiatsu par ramper comme si nous étions des bébés. Et j’aime l’accent qu’il met sur le confort du donneur de Shiatsu. Il était très drôle. Je me souviens qu’il a dit à un homme sur lequel il faisait une démonstration d’Ampuku : « Vous avez récemment divorcé, je pense ». L’homme écarquillait les yeux face à cette capacité psychique et a soufflé « Comment le savez-vous ? ». Ohashi a gloussé « Pas changé de caleçon ! » indiquant sa ceinture défraichie.

Mes souvenirs de Masunaga : J’ai eu la chance d’être choisie pour être son modèle. Je me suis assise en seiza à côté de la scène pendant une heure pendant qu’il faisait les cent pas, donnant des conférences sur la théorie du Shiatsu dans son anglais plutôt mauvais. Puis, juste à la fin, il a dit « Maintenant, je montre sur cette femme Two Hands as One » et a saisi mon bras fermement avec les deux mains. C’était ça, mon expérience de mannequin ! Ma partie préférée du séminaire avec Masunaga, qui a duré une semaine et où je n’ai pas vraiment compris grand-chose, a été un après-midi où il a confié qu’il avait un jour voulu être esthéticien. Il nous a appris à faire du Shiatsu sur le visage. Je me souviens de lui disant « Le Shiatsu pour le visage n’est pas seulement bon pour l’âme mais fait aussi de la beauté ». Il écrit à ce sujet dans « Les 100 récits du traitement » (9). Apparemment, il était tellement épuisé par ce long séminaire qu’il voulait juste s’éloigner de la théorie et du diagnostic pour enseigner quelque chose de simple. Eh bien, nous avons adoré.

Avec Pauline c’était très différent. Les professeurs avant elle nous avaient montré des techniques et parlé de la théorie, mais sans associer les deux. Pauline travaillait directement avec le Qi et elle racontait l’expérience pendant qu’elle travaillait, nous donnant ses images et ses sensations. Elle était pratique et directe, indifférente à son statut. Métaphoriquement, elle « s’écartait » et nous a laissé voir ce qui arrivait au récepteur sous ses mains, expliquant au fur et à mesure. Elle nous a aussi donné la théorie des méridiens de Masunaga, dénuée de philosophie, juste l’essentiel pour la pratique du Shiatsu. Pour la première fois, la théorie n’était plus mystificatrice, et je pouvais voir comment on pouvait s’engager directement avec le Qi. Chaque atelier était électrisant et plein de nouvelles idées.

Pauline Sasaki lors d’une démonstration de respiration du Hara (1985) © C. Beresford-Cooke

Pourriez-vous décrire l’esprit de l’époque, surtout en tant que femme. L’étude et la pratique du Shiatsu étaient-elles très ouvertes aux femmes ? Est-ce différent aujourd’hui ?

L’étude et la pratique du Shiatsu ont toujours été ouvertes aux femmes ! C’est dans l’enseignement et la possession d’écoles que les femmes rencontrent des problèmes, peut-être en partie à cause des exigences du foyer et des enfants. Je vois que sur le site de Ryoho Shiatsu, il n’y a qu’un seul entretien avec une femme (10), et tant avec des hommes ! Mais je pense que les femmes sont dans l’ensemble moins à l’aise avec l’enseignement, elles préfèrent souvent la rencontre de guérison individuelle. C’est dommage, car il y a maintenant une majorité de femmes dans les classes. Quand j’ai commencé, il y avait plus d’hommes, car ils venaient souvent au Shiatsu par leur formation en arts martiaux. La macrobiotique a également eu une énorme influence et de nombreux hommes de ce mouvement ont étudié le Shiatsu parallèlement au programme diététique. Le Shiatsu était beaucoup plus vigoureux et de style japonais dans les années 70 et au début des années 80, il correspondait bien au tempérament masculin.

Avez-vous immédiatement pratiqué au Pays de Galles, ou avez-vous eu d’autres expériences dans d’autres territoires ? Qui étaient vos patients à l’époque ?

Je suis arrivé au Pays de Galles assez tard dans mon parcours de Shiatsu. Pendant près de vingt ans auparavant, je travaillais à Londres. À la fin des années 70, jusque dans les années 80, il y avait un grand intérêt pour la médecine complémentaire et peu de scepticisme scientifique, comme c’est le cas aujourd’hui. C’était un terrain très fertile. J’ai pratiqué dans une clinique de Covent Garden où je traitais jusqu’à huit personnes par jour – des danseurs, des gens d’affaires, des gens de théâtre, la majorité ayant moins de 50 ans. Ils étaient très enthousiastes et intéressés par cette nouvelle thérapie. J’ai aussi fait des visites à domicile en travaillant pour une agence dirigée par une amie. Bien sûr, la clientèle pour cela avait tendance à être plus riche. J’ai traité un certain nombre de personnes bien connues. Mais lorsqu’elles étaient vraiment célèbres, elles devenaient nocives, téléphonant et exigeant un traitement immédiat. Je n’allais pas annuler les réservations précédentes pour une rock star gâtée. Donc ça n’allait jamais au-delà d’une ou deux sessions, et je les facturais toujours comme mes autres clients – c’était vraiment stupide !

Quand je suis arrivée au Pays de Galles, tout était différent. Je vis dans une région très reculée, avec une population minuscule, majoritairement des agriculteurs gallois ou des milieux alternatifs : artistes ou écologistes. La communauté de langue galloise est très unie et difficile à pénétrer pour les étrangers. Ils n’aiment pas les Anglais, c’est compréhensible. Donc la plupart de mes clients sont des expatriés anglais. C’était vraiment difficile d’établir un cabinet et je n’ai jamais eu autant de monde qu’à Londres. Maintenant, bien sûr, je suis à la retraite.

Pays de Galles : vue de l’une des mes marches quotidiennes – © C. Beresford-Cooke

Y avait-il déjà une sorte d’organisation pour le Shiatsu au Royaume-Uni à l’époque, et vous êtes-vous impliquée tout de suite dans son organisation ?

Nous étions très fiers de la Shiatsu Society UK, la première société professionnelle en Europe, créée en 1981. Elle est née de ces mardis matins dans l’appartement de Michael Rose, où un certain nombre d’étudiants et de praticiens de Shiatsu venaient s’entraîner les uns sur les autres. Nous avons réalisé que nous étions les précurseurs d’une profession et que nous devrions avoir un corps professionnel. J’étais membre fondateur de la Shiatsu Society et j’assistais à ses réunions et votais, etc. Mais je n’avais pas de fonction d’administrateur, en fait je suis assez nulle en « admin », donc je n’ai jamais eu de rôle au sein de la Société, bien que j’aie siégé au Comité d’évaluation pendant plusieurs années.


Une des premières réunions du « Shiatsu College » lors d’un atelier de Pauline Chris-Jarmey. De gauche à droite : Clifford Andrews, Carola Berresford-Cooke, Paul Lundberg and Elise Johnson (1986) © C. Beresford-Cooke

Gardez-vous un souvenir précis de vos premières années de pratique ? Comment avez-vous évolué au fil du temps ?

C’est une question tellement intéressante. Bien sûr que j’ai évolué en 44 ans de pratique. Nous évoluons tous, depuis ces premières tentatives de débutants guindés. Et pourtant, je sais, pour avoir reçu du Shiatsu toute ma vie, à quel point le style unique de chaque personne est différent, et c’est à cause de leur essence singulière, pas des techniques qu’elles ont apprises. Je suis une personne physiquement affectueuse et câline, alors j’imagine que mon Shiatsu a toujours été chaleureux et physique. J’aime moi-même un Shiatsu fort, avec le poids du corps derrière, donc c’est ce que je donne. Mais, a contrario, je suis aussi assez cérébrale et perds facilement le contact avec cette détente du corps et de l’esprit qui fait un bon Shiatsu. Je peux devenir assez directive, peut-être insensible. Les changements majeurs dans mon style ont été le résultat de changements intérieurs, d’un lâcher-prise. J’ai également reconnu, en observant mes propres réponses, à quel point il est important de suivre son bonheur – le plaisir que nous pouvons ressentir lorsque nous nous connectons à un endroit qui a besoin de notre contact. J’appelle cela « Shiatsu égoïste » mais bien sûr les endroits qui nous donnent du plaisir à toucher sont généralement les endroits où le receveur a la possibilité de se soigner. Plus récemment, je travaillais sans règles, peut-être pas de diagnostic de Hara, pas de kyo-jitsu, cherchant juste à trouver ce qui m’intéressait au fur et à mesure que je parcourais mon cadre de traitement. Déplacer mes réponses de ma tête vers mon cœur est une discipline que j’ai commencé à pratiquer au cours des deux dernières décennies. À un moment donné, j’ai également appris à reconnaître l’espace dans le corps du récepteur, ce qui était lié à ma pratique de méditation bouddhiste dans laquelle j’ai trouvé de l’espace dans mon propre corps.

Image publicitaire de Carola Beresford-Cooke dans les années 80. © C. Beresford-Cooke

Enseignez-vous toujours le Shiatsu de votre Maître ou vous en êtes-vous émancipée ? Y a-t-il eu des moments charnières dans cette évolution ?

Ma formation a été si éclectique, avec des professeurs divers, que je ne peux prétendre à aucun style de Maître en particulier. Et je pense que j’ai toujours reconnu que mon Shiatsu était mon propre style. Ça n’a jamais marché d’essayer de faire du Shiatsu comme Michael Rose ou Pauline Sasaki. J’avais l’impression d’essayer d’être quelqu’un d’autre, je me perdais et la séance était toujours terrible. Je pense qu’un moment charnière pour moi a été lors d’un atelier avec un guérisseur. Rien à voir avec le Shiatsu ! Mais à un moment donné, il nous a demandé de tenir le cou et l’occiput d’un partenaire assis. J’ai pensé « Ah, traitement du cou, je peux le faire ». Le professeur est venu en courant, horrifié et a dit « Vous la TRAITEZ ! » Il a dit que ça devait être comme si ma partenaire m’influençait, autant que moi je l’influençais. Alors j’ai réalisé que dans la danse de guérison, personne n’impose spécifiquement quoi que ce soit à qui que ce soit. Cela m’a beaucoup influencée, et c’est en quelque sorte lié à la première leçon que j’ai apprise d’Ohashi, à propos de la relaxation physique dans le contact Shiatsu. Un autre moment charnière est venu d’une interview que j’ai faite pour le Shiatsu Society Journal, au milieu des années 80. J’avais entendu parler d’une femme qui faisait du Shiatsu avec des chevaux : Pamela Hannay (11) était une petite rousse américaine qui a donné une merveilleuse interview dans laquelle elle a décrit sa première rencontre avec un cheval de course en termes de film romantique – « Quand je suis entrée dans l’écurie, tu vois, c’est comme si les lumières s’étaient allumées et la musique avait changé». Je me suis souvenu de ces mots pour toujours et ils ont influencé ma compréhension du Qi – ce n’est pas seulement un mouvement dans un lieu donné de voies mais une expérience émotionnelle immersive. L’image de Pamela a semé une graine dans ma conscience qui m’a ouvert aux sentiments. Je pense aussi qu’un autre moment important est venu lorsque j’ai commencé, dans mon enseignement, à parler de mes sensations en faisant des démonstrations de Shiatsu devant la classe. C’était difficile, mes sensations semblaient parfois aléatoires et dénuées de sens, mais c’étaient mes sensations et je devais leur faire confiance et les dire à haute voix. En fin de compte, comme l’intrigue d’un roman, tout prenait généralement un sens et contribuait au résultat de la séance, et j’ai gagné en confiance grâce à cette confirmation de ma sensation intuitive.

Enseignement à Berlin (2023) © C. Beresford-Cooke

Revendiquez-vous un style spécifique, comme le Zen Shiatsu, ou un autre ?

La plupart d’entre nous en Europe pratiquons le style Zen Shiatsu, quelle que soit la théorie à laquelle nous le lions. Si nous utilisons une « main mère » et que nous avons le sens de la recherche des endroits vides et faibles ainsi que des endroits tendus, nous faisons du Zen Shiatsu. C’est ce qu’Ohashi a enseigné et il a influencé des centaines d’étudiants européens au début de l’histoire du Shiatsu en Europe. Il l’a obtenu de Masunaga, avec qui il avait étudié brièvement.

Mais nous sommes également tous influencés par la théorie que nous avons apprise, et j’ai eu beaucoup d’apports théoriques, de tous mes différents professeurs et aussi de ma formation en acupuncture. Ma compréhension du réseau des méridiens et de ses fonctions est une combinaison de l’amibe de Masunaga et des principaux concepts philosophiques de la MTC, tels que l’Essence et le Shen, le Ciel et la Terre.

Quand avez-vous commencé à écrire ce livre « Shiatsu Théorie et Pratique » (1) et quelle était votre ambition ?

J’ai commencé à l’écrire en 1993 et cela a pris environ un an. J’étais en congé de maternité et j’avais une nounou qui s’occupait de mon bébé le matin pendant que j’écrivais.

Mon objectif était de rassembler les différents courants de la théorie du Shiatsu et d’essayer de créer un ensemble cohérent dans lequel les différentes branches disaient toutes finalement la même chose plutôt que de se contredire. J’avais donc besoin d’explorer et de donner un sens à la théorie de Masunaga, qui n’était pas bien connue à l’époque. Le livre « Zen Shiatsu » n’a pas été d’une grande aide : c’était un des premiers travaux de Masunaga, et il n’avait pas encore fini d’élaborer sa théorie. Les fonctions des méridiens que Pauline nous avait données étaient sommaires. Ma principale source de compréhension était le schéma d’une page montrant l’amibe exécutant les fonctions de tous les méridiens – Masunaga nous avait d’ailleurs donné cette page lors du séminaire auquel j’ai assisté. Mais je n’étais pas prête à la comprendre. Maintenant, j’ai réalisé ce qu’il nous disait – l’amibe manifeste les méridiens dans des endroits qui expriment la fonction du méridien. L’Estomac sur le devant nous fait avancer vers ce que nous voulons, la Vessie sur le dos nous éloigne de ce que nous craignons, en sont des exemples simples. Je me suis plongée dans les interprétations japonaises du modèle chinois, je me suis aventurée dans la théorie du tissu conjonctif et tout a effectivement commencé à faire sens. J’ai commencé à voir le Qi dans le réseau des méridiens comme émergeant du noyau de l’individu, déplaçant la personne avec autant de fluidité qu’une amibe dans et hors des états physiques et émotionnels et des situations de la vie. Voici ce que j’ai essayé d’exprimer dans ce livre. Ce qui manquait à la théorie de Masunaga : une force motrice centrale pour générer les méridiens, serait fourni plus tard par Lao Zi et la théorie médicale chinoise.

De quand date sa première édition ? Avez-vous eu le sentiment d’avoir satisfait l’ambition initiale ?

La première édition est sortie en 1996. J’en étais satisfaite, même si maintenant je suis plutôt horrifiée de voir à quel point il est normatif et à quel point il contient des méthodes et des protocoles. Mais je m’étais modelée sur Giovanni Maciocia, dont la clarté a fait une telle différence dans la compréhension de la MTC. C’était un bon point de départ. La deuxième édition était beaucoup plus douce et plus permissive, elle reflétait davantage l’état d’esprit Shiatsu ; et dans la troisième édition, je me suis permis de parler comme moi-même et de me débarrasser de certaines règles. Le problème est que les étudiants ont besoin de règles et de cadres au début de leurs études, donc aucun manuel ne peut les éliminer complètement ! La meilleure partie du livre, alors comme aujourd’hui, je pense, ce sont les dessins de Lynn Williams. Il a dû prendre beaucoup de cours d’anatomie de ma part mais je pense que le résultat est beau et vraiment utile aux étudiants.

Plusieurs traductions ont suivi. C’est un ouvrage de référence. Dans combien de langues, est-il disponible aujourd’hui ?

Je ne suis pas sûr. Allemand, français, espagnol (peut-être – première édition uniquement), tchèque. Le néerlandais et l’italien sont définitivement épuisés.

C’est un texte aux vertus pédagogiques évidentes, immédiatement utile à un étudiant et un jeune Shiatsushi, et c’est aussi l’occasion pour vous d’exprimer votre souhait de voir évoluer le Shiatsu, afin qu’il ne reste pas prisonnier de la tradition. Vous êtes particulièrement intéressé par les études sur les champs magnétiques, comme l’une des disciplines à explorer. S’agit-il pour vous de valider scientifiquement la théorie du Qi ou d’imaginer d’autres voies de traitements pour harmoniser ce Qi ?

Il est difficile d’harmoniser la pensée scientifique moderne avec la philosophie médicale est-asiatique parce que la pensée scientifique moderne n’est en fait pas très scientifique dans la mesure où elle n’explore pas de nouvelles pensées. C’est comme explorer un nouveau territoire via un chemin de fer – vous entrez dans un nouveau territoire mais vous êtes sur une voie fixe, sans errer dans la nature elle-même. Mais la théorie des champs a du sens pour moi, car nous pouvons faire l’expérience de nos champs en faisant du Qigong, etc. Le champ ressemble presque à une métaphore du Qi, et j’utilise souvent l’expression « Ki-field » (champ du Qi).

L’idée du champ humain n’est pas si éloignée. Tout a un champ, que ce soit une machine à laver ou un chat, un aimant ou un arbre, et le champ électromagnétique humain est à la base de certaines techniques médicales modernes comme l’électrocardiographie, etc.. Mais c’est la manière dont ces champs peuvent interagir entre eux qui est intéressante dans le cadre du Shiatsu. Rupert Sheldrake a travaillé sur « la sensation d’être regardé », qui doit être un effet de champ. Mais la science évite tout ce qui implique la conscience, et c’est un blocage qui ne sera pas facilement levé.

J’ai été très impressionné par les travaux du Dr James Oschman (12), qui a proposé une théorie convaincante sur l’importance du tissu conjonctif dans la transmission des messages et des informations dans tout le corps via sa structure cristalline. Cela a eu une grande influence sur Kiiko Matsumoto et Stephen Birch pour expliquer le mouvement du Qi, et ils relient le tissu conjonctif au Triple Foyer, ce qui me convainc à plusieurs niveaux. Giovanni Maciocia explore également la compréhension du tissu conjonctif par la MTC à travers le Bao, les « enveloppes intimes » et le Gao Huang, les « membranes graisseuses ». Cette idée du mouvement de l’information et des messages dans la substance physique du corps, traversant les frontières, connectant divers systèmes et remplissant tout l’espace corporel, ressemble tellement au concept de Qi.

L’embryologie est également un domaine fascinant et très pertinent pour le développement des méridiens. Il est devenu plus reconnu grâce au livre de Daniel Keown, « The Spark in the Machine » (13), mais pour être honnête, je ne suis pas sûr que le Dr Keown explore le sujet en profondeur. J’ai trouvé que le livre de Phillip Beach, « Muscles and Meridians » (14) était une passerelle vers une compréhension très profonde de l’importance de l’étape embryologique dans le développement du corps énergétique, ainsi que du corps physique. Bien que Beach s’en tienne à la science, j’ai mes propres interprétations métaphysiques de l’embryologie. J’ai l’image d’un esprit nouvellement arrivé, insubstantiel et peu familier avec le monde humain, se construisant une combinaison spatiale, le corps, pour l’habiller et le faire entrer dans la vie humaine – et il le fait au stade embryonnaire.

Pour moi, quand le Shiatsu adopte la science, il faut que ce soit une science enracinée dans les bases du corps. Je ne suis pas tellement attirée par les ondes de pensée et les particules quantiques. Je suis également une traditionaliste, en ce sens que j’aime trouver des liens entre la science moderne et la philosophie médicale asiatique classique. J’aimerais que le Shiatsu garde ses liens avec ses racines (qui sont, certes, nombreuses) tout en s’aventurant dans la théorie polyvagale (15), l’empathie somatique et les autres voies nouvelles.

Dans le monde du Shiatsu, il y a 80% de femmes qui pratiquent et pourtant très peu sont ou ont été enseignantes. Vous, en tant que femme pionnière dans l’enseignement du Shiatsu, comment comprenez-vous cela ?

J’ai en partie abordé cette question plus haut, lorsque vous m’avez interrogé sur la position des femmes aux débuts du Shiatsu. Je ne suis pas vraiment une femme pionnière. Pauline Sasaki et Shizuko Yamamoto étaient des pionnières. Je suis de la génération suivante, et nous sommes un bon nombre, mais pas assez. En fait, quand j’y réfléchis, je peux penser sans effort à quinze enseignantes exceptionnelles. Et pourtant, le monde du Shiatsu semble encore largement dominé par les hommes, probablement parce que les femmes se présentent généralement plus discrètement et ont tendance à ne pas faire avancer leurs idées. Le monde de l’enseignement du Shiatsu est une jungle, vous savez, même si nous prêchons la paix, l’humilité et l’amour, et que de nombreuses femmes préfèrent garder la tête basse et enseigner ce qu’elles font, tranquillement.

Pouvez-vous préciser cette liste de 15 « enseignantes exceptionnelles » ? Sachant que depuis le début de l’interview vous en avez déjà mentionné 7 ( Pauline Sasaki, Pamela Hannay, Elaine Liechti, Susan Krieger, Shizuko Yamamoto, Elise
Johnson, Nicola Ley ) et que nous vous classons bien entendu vous-même dans une telle liste. Cela en fait déjà 8.

Alors, trois des femmes de vous venez de citer sont aujourd’hui décédées. J’ai dit « exceptionnelles » ? Je n’ai pas expérimenté directement l’enseignement de chacune d’elles, mais je les connais de réputation et je respecte leur travail. Certaines dirigent leurs propres écoles, d’autres ont écrit des livres. Nous appartenons, pour la plupart, à la même génération, la deuxième, pas celle des pionniers. Je citerai donc Suzanne Yates (16), Pamela Ferguson (17), Patrizia Stefanini, Gabriella Poli, Brigitte Ladwig, Elaine Liechti, Nicola Ley, Dinah John, Kindy Kaur, Pia Staniek, Katrin Schroeder, Joyce Vlaarkamp (18), Laura Davison, Tamsin Grainger (19), Barbara Anémone Aubry. Cela fait quinze. De plus, j’ai oublié Antigoni Tsegeli de Grèce, Fanny Roque de France (présidente de la Fédération française de Shiatsu Traditionnel, pas moins), Ulrike Schmidt, qui dirige l’école Zen Shiatsu à Berlin, Jitske Dijkstra et Edmee Gosselink qui dirigent toutes deux des écoles en Hollande. Ajoutez Alice Whieldon (6), qui a commencé avec le Shiatsu et qui fait du Seiki maintenant, nous en avons vingt !

D’après votre expérience, diriez-vous que les femmes sont plus aptes à pratiquer le Shiatsu ? Pourquoi sont-elles plus nombreuses à pratiquer ?

Les femmes s’intéressent plus au corps que les hommes. Je généralise sauvagement ici, et évidemment rien de tout cela n’est politiquement correct à notre époque de diversité des genres, mais il y a une base pour ma théorie. Le corps des femmes change tous les mois, les femmes portent des enfants et répondent viscéralement aux besoins de leur progéniture. En raison de nos hormones changeantes et de notre potentiel maternel, nous sommes construites pour être sensibles aux corps, le nôtre et celui des autres. Ainsi, les méthodes de guérison par le toucher plaisent davantage aux femmes. Le Shiatsu est aussi une opportunité d’être intime avec une autre personne, dans un espace thérapeutique sûr et défini. Beaucoup de femmes trouvent que cette intimité manque dans leurs relations intimes. Mais dans le monde du Shiatsu, il y a encore plus d’hommes qu’il n’y en a, par exemple, dans le monde du massage en aromathérapie, qui est presque exclusivement féminin.

Je sais que vous êtes maintenant à la retraite. Alors, après toutes ces années de pratique et de cours, le Shiatsu vous nourrit-il toujours ? Selon vous, quelles ont été les plus grandes leçons que le Shiatsu vous a apprises ?

Je pense que la formation à la conscience qui nous aide à voir l’ensemble d’une personne, au-delà de la surface, m’est restée. Les exercices d’auto-développement et l’entraînement à ressentir mon propre corps et son Qi restent avec moi. Bien sûr, je suis beaucoup mieux en mesure de faire face à mes propres problèmes de santé et à ceux de mes proches. Et, avec ma pratique bouddhiste, la philosophie du Shiatsu m’a aidée à ressentir ma connexion avec l’ensemble de la création. Sans le Shiatsu, ma vie aurait été plus pauvre et mon monde plus petit.

En conclusion, quel message enverriez-vous (en plus du livre) à un étudiant, ou un jeune pratiquant de Shiatsu ?

Faites du Shiatsu ! Faites beaucoup de Shiatsu ! Peu importe si vous n’avez fait qu’un seul week-end, amenez simplement les gens par terre et rampez dessus ! Vraiment, le simple fait de répéter un kata encore et encore enseigne à vos mains et à votre corps beaucoup plus que vous ne le pensez.

N’essayez pas trop de comprendre ou de diriger. Se détendre !

Et aussi, dites toujours Oui à ce que vous vivez, ne le niez pas et pensez que vous ne l’avez finalement pas ressenti. Mais restez simple, répondez simplement dans l’instant et ne vous racontez pas d’histoires à ce sujet. Restez simplement présent avec l’expérience pure.

Merci beaucoup d’avoir répondu à nos questions.

Merci !


Auteur

François-Olivier Louail


Notes

1 – « Shiatsu, théorie et pratique » – Carola Beresford-cooke – Éditions Maloine – 1996.

2 – Bill Palmer, fondateur du Shiatsu par le Mouvement, voir la chaîne Youtube de Bill Palmer.

3 – Elaine Liechti est notamment l’auteure de « Initiation au Shiatsu » – Éditions du Rocher – 1995 ainsi que « Shiatsu – Complete Illustrated Guide » Elements Books – 2002.

4 – Voir la série de vidéos de Yuichi Kawada interviewé par Chris McAlister (European Shiatsu Fededration) . Épisodes 1, 2, 3 et 4.

5 – « Le Shiatsu aux pieds nus » – Shizuko Yamamoto – Guy Trédaniel Éditeur – 1990

6 – « Sei-Ki: Life in Resonance – The Secret Art of Shiatsu » – Akinobu Kishi, Alice Whiledon – Singing Dragron – 2011

7 – « Tao shiatsu : Médecine vitale pour le XXIe siècle » – Kyoryu Endo – Guy Trédaniel Editions – 1999

8 – « Le livre du Shiatsu – Santé et vitalité grâce à l’art du Toucher » – Paul Lundberg – Le Courrier du Livre – 2014

9 – « Les 100 récits du traitement » – Shizuto Masunaga – Le courrier du livre – 2010

10 – Ceci n’est pas tout à fait exact, même si l’idée est juste. Vous trouverez ici deux interviews de Leisa Bellmore (1 et 2), une de Eliza Carpiaux, et une autre de Betty Croll. La prochaine femme à venir, après Carola Bereford-Cooke, sera Suzanne Yates.

11 – « Shiatsu Therapy for Horses: Know Your Horse and Yourself Better Through Shiatsu » – Pamela Hannay – J.A.Allen & Co – 2002

12 – « Médecine énergétique – Les base scientifiques » – James L. Oschman – Éditions Sully – 2016

13 – « The spark in the machine : How the Science of Acupuncture Explains the Mysteries of Western Medicine » – Dr Daniel Keown – Singing Dragon – 2014

14 – « Muscles & Meridians – The Manipulation of Shape » Phillip Beach – Churchill Livingstone – 2010

15 – La théorie polyvagale a été élaborée par Stephen Porges et met en évidences le lien entre le système nerveux autonome, les émotions et les fonctions physiologiques du corps. « La théorie polyvagale – Fondements neurophysiologiques des émotions, de l’attachement, de la communication et de l’autorégulation » – Stephen Porges – EDP Sciences – 2021

16 – « Shiatsu et grossesse » – Suzanne Yates préfacée par Tricia Anderson – Testez Édition – 2009

17 – « The Self-shiatsu Handbook: Easy Techniques for Drug-Free Pain Relief and to Improve Your Own Wellbeing » – Pamela Ferguson – Newleaf – 1996

18 – « Shiatsu in uitvoering » – Joyce Vlaarkamp – Altamira – Becht . Haarlem – 2004

19 – « Working with Death and Loss in Shiatsu Practice: A Guide to Holistic Bodywork in Palliative Care » – Tamsin Grainger – Singing Dragon – 2020

Related Posts:

Newsletter

Pour ne plus rater aucun article, stage, interview, information sur le Shiatsu, souscrivez à notre newsletter.




    En continuant, vous acceptez la politique de confidentialité (voir)

    Livre à commander

    L'Esprit du Shiatsu
    L'Esprit du Shiatsu
    Par Ivan Bel
    Commander

    Dernier podcast à écouter

    ×