Interview Leisa Bellmore : point sur ses recherches sur le Shiatsu

27 Mar, 2023
Reading Time: 13 minutes

Lorsque j’ai rencontré Leisa Bellmore au congrès européen de la science du shiatsu à Londres en 2017, elle présentait sa première étude. Depuis 6 ans, elle poursuit ses études sur les troubles du sommeil en utilisant un simple protocole de self-shiatsu. En changeant de public cible, elle voulait voir si les effets étaient les mêmes ou non. Entre-temps, elle a suivi et complété des études pour devenir une véritable chercheuse, ce qui lui a permis d’obtenir un financement du gouvernement canadien pour sa dernière étude. Voyons donc ses recherches et ce qu’elle a découvert, ainsi que le sujet qui la passionne aujourd’hui : La maladie d’Alzheimer.


Ivan : Chère Leisa, c’est la deuxième fois que je vous interviewe. La première fois, c’était en 2017, lorsque nous nous sommes rencontrés à Londres. Vous faisiez une étude sur l’insomnie avec des personnes qui souffraient de douleurs chroniques.

Leisa Bellmore : Oui, et depuis, nous avons réalisé trois études sur le self-shiatsu des mains.

La première étude portait sur des adultes souffrant de douleurs chroniques et de troubles du sommeil, et la seconde sur des adolescents et des jeunes souffrant également de douleurs chroniques et de troubles du sommeil.

La troisième étude était plus importante et portait sur des vétérans militaires et leurs partenaires qui avaient des problèmes de sommeil. Ces personnes ne souffraient pas nécessairement de douleurs chroniques, mais étant donné qu’elles étaient des vétérans militaires, elles avaient un certain nombre de problèmes. Certains d’entre eux souffraient de douleurs, d’autres d’anxiété, mais tous avaient des problèmes de sommeil.

Est-ce dû au syndrome de stress post-traumatique ?

Peut-être en partie à cause de cela, mais aussi d’autres facteurs, je pense, parce que leurs horaires peuvent être si imprévisibles qu’il est très difficile pour eux d’avoir une routine et de bien dormir. Et pour les membres de leur famille également, l’incidence des problèmes de sommeil est plus élevée, je pense que c’est à cause de l’inquiétude et du stress de cette vie.

D’accord, alors, commençons doucement. Tout d’abord, vous êtes une chercheuse infatigable en Shiatsu. Pourquoi cette passion ?

Vous savez, j’aime le Shiatsu et j’en suis vraiment passionnée. Cela m’a toujours dérangée qu’il ne soit pas pris aussi au sérieux que d’autres techniques au sein de la communauté médicale traditionnelle et cela s’explique en partie par le fait qu’il n’y a pas beaucoup de preuves scientifiques pour appuyer le Shiatsu. J’ai donc décidé il y a longtemps d’essayer de développer cette base de preuves, de faire des recherches et d’encourager d’autres personnes à s’impliquer également dans la recherche afin que nous puissions lentement construire la base de preuves, non seulement pour en savoir plus sur les effets du Shiatsu, mais aussi pour en apprendre davantage sur son fonctionnement. Cela permettra d’intégrer davantage le Shiatsu dans le système de santé.

(C) L. Bellmore

J’ai regardé récemment une vidéo à ce sujet. Un médecin disait qu’il avait vérifié toutes les études Sur le shiatsu. Certaines d’entre elles ne sont pas réalisées de manière scientifique, je veux dire, par exemple, avec des groupes en double aveugle. Bien sûr, c’est difficile parce qu’il faut être en contact avec des gens qui pourraient le faire et qui ont assez de temps, assez d’argent et ainsi de suite… (rires). Alors dites-moi, de combien de temps avez-vous besoin pour une seule étude ?

Très longtemps ! (rires aussi) Les études médicales ou les études sur les produits pharmaceutiques disposent des fonds nécessaires pour faire de la recherche. Ici c’est un travail d’amour… Je finis par passer beaucoup de temps pour lequel je ne suis pas payé. Mais pour les trois études que j’ai réalisées, j’ai fait équipe avec d’autres chercheurs, ce qui m’a permis de m’appuyer sur leur expertise, et eux sur la mienne, d’apprendre d’eux et de partager le travail. Ils ont travaillé de longues heures parce qu’ils étaient payés pour le faire (par leurs facultés, leurs universités…). Il était donc plus facile de procéder ainsi. Mais pour ce qui est de votre remarque, à savoir que les études sur leSshiatsu ne sont pas des études en double aveugle, elles ne le sont pas, mais cela ne signifie pas qu’elles n’ont pas de valeur.

Ceci étant dit, je travaille actuellement sur une étude systématique avec un de mes collègues : Stergios Tsiormpatzis. Vous l’avez probablement rencontré à Londres lors de la conférence. Quoi qu’il en soit, lui et moi travaillons sur un examen systématique de la sécurité et des risques du Shiatsu. Il s’agit donc d’examiner toutes les études connues sur le Shiatsu et de voir si ces études ont eu des effets indésirables. Je crois que nous nous sommes retrouvés avec environ 200 études publiées, mais elles ne proviennent pas toutes de revues à comité de lecture.

Un rapport de cas peut-il être utile à la recherche sur le Shiatsu ?

Oui, absolument. Dès que l’on a un cas intéressant, on peut écrire absolument tout et faire un rapport de cas. Tous les praticiens peuvent le faire avec un peu de méthode et de rigueur. Il faut bien sûr l’accord du patient. Cela donnera des informations utiles à d’autres praticiens et pourra servir de base à de futures études. Ce type d’étude est assez court et peut durer de un à trois mois.

Combien de temps vous a pris votre dernière étude ?

Deux ans. Entre l’obtention de l’approbation éthique, la préparation, la réalisation, l’analyse des données, la rédaction et la soumission à la publication, il nous a fallu environ deux ans. Nous avons également fait une demande de financement et nous avons reçu des fonds, ce qui est formidable. Les fonds provenaient de l’Association des Anciens Combattants du Canada, une organisation gouvernementale. Ce financement nous a permis de créer un site web avec les ressources de formation : une vidéo, un polycopié et une application pour smartphones, ainsi que des liens vers les études.

Aucune description disponible.
(C) L. Bellmore

C’est génial ! Parlons de vos études une par une. La toute première portait sur les personnes souffrant de douleurs chroniques et de troubles du sommeil. Quels ont été les résultats ?

Nous avons étudié les résultats à l’aide de mesures objectives et subjectives. Nous avons utilisé un appareil porté au poignet, appelé Actigraph, qui mesure un certain nombre d’éléments liés au sommeil. Nous avons également utilisé un certain nombre de mesures subjectives d’auto-évaluation portant sur des éléments tels que la rapidité d’endormissement, le nombre de réveils nocturnes et la qualité du sommeil. Les mesures objectives n’ont pas montré d’améliorations significatives, mais les améliorations subjectives étaient significatives : les gens avaient l’impression de mieux dormir, de mieux récupérer, de dormir plus profondément et de s’endormir plus rapidement. Nous avons observé la même tendance dans toutes les études réalisées par la suite. C’est très intéressant, car c’est le même schéma qui a été démontré dans d’autres études sur le sommeil, et pas seulement les nôtres.

Quel protocole doivent-ils suivre en shiatsu pour améliorer leur sommeil ?

Dans toutes les études, le protocole est toujours le même. Self-shiatsu sur les mains, en suivant un schéma simple sur le dos de la main (voir photo), les doigts et la paume. Il s’agit d’une routine d’environ 12 minutes. Mais certaines personnes n’ont pas pu terminer parce qu’elles se sont endormies avant la fin.

Aucune description disponible.
Points utilisés dans le protocole / R.Tait ©L.Bellmore 2016

Ce qui est déjà formidable (rires) ! Cette étude a été publiée en 2014, mais vous avez ensuite mené une autre étude. Quel était le public cible ?

Cette autre étude a été publiée en 2020. Il s’agit également d’une petite étude portant sur 18 personnes âgées de 17 à 27 ans. À cet âge, les gens ont souvent des problèmes de sommeil, notamment à cause des téléphones et des ordinateurs. Ils souffraient également de douleurs musculo-squelettiques chroniques. Nous avons appliqué le même protocole. Nous avons simplement changé les participants pour voir si cela changerait les résultats, mais cela n’a pas été le cas. Les résultats étaient très similaires. Ce que les participants ont apprécié, c’est d’avoir l’indépendance de faire le traitement eux-mêmes et d’avoir le contrôle sur leur santé plutôt que d’aller voir un thérapeute en shiatsu. Encore une fois, il n’y a pas eu d’améliorations objectives, mais les mesures subjectives ont montré des améliorations significatives.

La troisième étude que vous avez réalisée portait sur des vétérans de l’armée…

… et leurs familles, car elles ont souvent des problèmes de sommeil. Il s’agissait donc à la fois des vétérans et de leurs partenaires.

C’est tout à fait vrai. Dites-moi, est-ce que c’était encore la même routine ?

Oui, mais cette fois, grâce aux fonds que nous avons obtenus, nous avons pu mener une étude plus vaste avec un groupe de contrôle afin de comparer les résultats. Le groupe de contrôle a poursuivi ses soins normaux, comme les somnifères ou tout autre traitement, mais pas le Shiatsu. Le groupe d’intervention utilisait le Shiatsu sur les mains nues.

Dans le groupe Shiatsu, nous avons obtenu de bons résultats : ils se sont endormis plus rapidement, leur qualité de sommeil s’est améliorée, ils se sont réveillés moins souvent, et certains nous ont même dit qu’ils avaient décidé de ne pas augmenter leur traitement contre le sommeil. À la fin de l’étude, nous avons enseigné le protocole de shiatsu au groupe témoin, afin qu’il puisse également bénéficier des améliorations du sommeil.

Si je ne me trompe pas, vous avez réalisé une quatrième étude avec des athlètes, n’est-ce pas ?

En fait, je n’ai pas participé à cette étude, mais le même protocole a été utilisé. Les participants étaient cette fois de jeunes athlètes ayant subi des traumatismes post-commotion cérébrales et, comme toujours, souffrant de troubles du sommeil. Une fois de plus, les résultats ont été les mêmes, pas d’amélioration des résultats objectifs mais beaucoup d’amélioration des résultats subjectifs.

Quel serait votre rêve pour disposer de données plus objectives ?

J’aimerais faire des IRM pour voir les changements dans le cerveau pendant que les gens utilisent le self-Shiatsu, mais c’est très coûteux.

Je suppose que c’est le cas. Comment expliquez-vous qu’un simple protocole de self-Shiatsu sur les mains puisse déclencher de tels résultats sur le sommeil ? D’autant plus qu’en tant que praticienne de Shiatsu Namikoshi, vous n’utilisez pas les points spécifiques de la médecine orientale. Pouvez-vous l’expliquer ?

De mon point de vue, il y a plusieurs façons de l’expliquer.

Tout d’abord, pendant qu’ils effectuent cette routine de 12 minutes, ils se concentrent sur ce qu’ils font. Ils ne ruminent donc pas et, comme vous le savez, les personnes qui ont des problèmes de sommeil ont souvent beaucoup de choses en tête. Je pense donc qu’il est utile de se concentrer sur la technique.

Deuxièmement, les récepteurs sensoriels de la main, qui sont directement reliés au système nerveux central, sont si nombreux qu’ils ont un effet calmant. En même temps, cette sensation de pression aide la personne à être plus en contact avec son corps.

Pour toutes ces raisons, je pense que cela fonctionne.

Enfin, vous avez une dernière étude à inscrire à votre palmarès. De quoi s’agit-il cette fois-ci ?

Il s’agit d’un programme complètement différent. Je l’ai fait pour ma maîtrise en sciences. Il s’agit d’une petite étude pilote sur l’expérience du Shiatsu pour les partenaires familiaux et les personnes atteintes de démence. Il s’agissait à nouveau d’une intervention en autogestion. Pour les partenaires de soins, il s’agissait d’aider à gérer le stress lié à la prise en charge d’une personne atteinte de la maladie d’Alzheimer ou d’une démence apparentée. Je leur ai enseigné une routine de Shiatsu très simple à appliquer à leur proche. Il s’agit d’un protocole court et simplifié pour les épaules, les bras et les mains, afin qu’ils puissent le faire facilement.

L’idée est de permettre aux personnes atteintes de démence et à leurs accompagnateurs de communiquer d’une manière différente, car il est toujours très compliqué de le faire de manière normale. L’idée de ce projet est née avec mon père, qui a souffert de la maladie d’Alzheimer pendant 12 ans, et avec qui j’ai fait du shiatsu aussi souvent que j’ai pu. Il ne s’agit pas d’un traitement complet, mais en position assise, on peut atteindre les épaules, les bras et les mains. Il adorait ça ! Au fur et à mesure que la maladie progressait et que nous ne pouvions plus avoir une vraie conversation, lorsque j’utilisais le shiatsu avec lui, il était très présent, très engagé. Parfois, il était un peu agité et avec le Shiatsu, il se calmait immédiatement, établissait un contact visuel et souriait. Parfois, il essayait même de faire la même chose avec mon bras. C’était un bon moyen pour nous de nous rapprocher.

Leisa Bellmore et son père (C) L. Bellmore

J’ai donc décidé d’organiser des ateliers dans différents hôpitaux, puis de mener une étude de recherche. Le self-Shiatsu pour les soignants s’est avéré très utile pour quelques participants. Les personnes atteintes de démence étaient parfois réticentes à recevoir du Shiatsu, car elles riaient ou faisaient des bruits bizarres. Une participante et son partenaire de soins ont vraiment apprécié. Le Shiatsu les a aidés à surmonter le « sundowning », l’agitation nocturne que certaines de ces personnes peuvent ressentir quand le soir arrive. Le Shiatsu les a aidés à se calmer et a été pour eux un moyen agréable de se rapprocher. Le partenaire de soins a également eu l’impression de faire quelque chose de très utile pour son partenaire.

C’est très intéressant à savoir, surtout dans une société vieillissante où cette situation va malheureusement devenir de plus en plus fréquente.

Oui, et pensez-y : les mains, puis les bras et les épaules sont les parties du corps les plus propices au toucher. Et vous pouvez le faire facilement en position assise. Si vous vous tenez devant eux, ils peuvent vous voir, ils ne sont donc pas surpris, inquiets ou anxieux et vous pouvez leur sourire et établir un contact visuel, ce qui renforce encore la connexion.

Ce type d’étude est excellent car il est très stimulant et j’espère qu’il encouragera les praticiens à travailler avec ce type de public. Dites-moi, quelle sera la prochaine étude ?

Pour l’instant, je travaille toujours sur l’étude systématique concernant la sécurité et les risques du Shiatsu et nous sommes en train d’extraire les données, ce qui va donc prendre un certain temps. Mais après cela, je ne sais pas. J’ai parlé d’un projet avec un collègue qui travaille avec des enfants dans un hôpital, mais j’aimerais faire une étude plus vaste et plus approfondie sur le Shiatsu dans la maladie d’Alzheimer et la démence.

Merci beaucoup pour votre temps, Leisa. C’était vraiment intéressant. Je vous souhaite beaucoup de succès dans les études à venir.

Merci beaucoup !


Pour aller plus loin


Auteur et traducteur

Ivan Bel

Related Posts:

Newsletter

Pour ne plus rater aucun article, stage, interview, information sur le Shiatsu, souscrivez à notre newsletter.




    En continuant, vous acceptez la politique de confidentialité (voir)

    Livre à commander

    L'Esprit du Shiatsu
    L'Esprit du Shiatsu
    Par Ivan Bel
    Commander

    Dernier podcast à écouter

    ×