Toucher le trauma, comprendre le trauma – partie 1

24 Août, 2023
Reading Time: 8 minutes

Le traumatisme est généralement le résultat d’une expérience personnelle exceptionnellement stressante à laquelle les possibilités et les ressources de l’individu sont insuffisantes pour faire face. Il laisse des traces durables dans la personnalité, dans l’âme, dans le corps et dans le système énergétique. Ce dernier peut nous fournir des indices précieux sur la manière dont nous pouvons toucher les personnes traumatisées avec le Shiatsu de la meilleure façon possible. Car les traces montrent un certain modèle : la matrice d’un traumatisme. Ceci est la première partie d’un article très intéressant de Mike Mandl, que nous vous encourageons à lire.


Le terme « traumatisme » vient du grec τραῦμα et signifie « blessure ». En près de 30 ans de pratique du shiatsu, j’ai eu l’occasion de toucher un grand nombre de ces traumatismes dans divers contextes. J’ai donné des cours de shiatsu dans un service d’hôpital en psychosomatique infantile. L’histoire de ces petits patients peut presque vous briser le cœur. Violence. Abus. Négligence. Des histoires encore plus dramatiques encore plus dramatiques m’ont été rapportées dans le cadre d’un projet de l’Académie internationale de Hara Shiatsu. Il s’agissait de traiter des réfugiés pour les aider à s’intégrer. Leurs antécédents : guerre, meurtres, viols de masse, torture, perte de toute la famille. Mon travail dans le service de réadaptation d’une grande clinique, où l’accent était mis sur les traumatismes physiques qui s’avéraient résistants à la thérapie, simplement parce que la composante psychologique n’était pas suffisamment prise en compte dans l’approche conventionnelle, a été beaucoup moins stimulant sur le plan émotionnel, mais pas moins passionnant pour autant.

Toutes ces activités ont conduit à une exploration intense du concept de traumatisme, et donc à une orientation de ma pratique, où j’ai pu explorer une plus grande variété de ce sujet si existentiel, depuis le traitement de groupes d’auto-assistance en cas d’inceste jusqu’à l’accompagnement de personnes en phase terminale, en passant par le travail avec les traumatismes les plus répandus, qui peuvent survenir dans la vie d’une personne.

Et il ne s’agit pas seulement de mon essence. En soi, on ne peut que vaguement prédire quels événements conduisent à un traumatisme pour quelles personnes, car de nombreux facteurs co-décident de la manifestation à long terme d’une blessure profonde dans la structure de la personnalité ou non.

Cela dépend du processus individuel d’évolution, du caractère, de l’immunité psychologique et émotionnelle, de la stabilité des circonstances de la vie, des ressources disponibles, de la résilience, du pouvoir régulateur du système nerveux, de l’âge, de l’étape de la vie, et même de la capacité à donner un sens plus profond à sa vie ou du lien avec la croyance ou la spiritualité. En outre, il existe de nombreux autres facteurs d’influence.

Tout n’est pas traumatisme

Il s’agit d’une approche dépassée, selon laquelle un traumatisme doit toujours être le résultat d’un événement tragique ou écrasant. Bien sûr, les accidents graves, l’exposition à la violence ou les catastrophes naturelles ont un fort potentiel traumatisant. Un événement unique (traumatisme de type I) peut être si choquant, si stressant dans son intensité, qu’il n’est pas possible pour la personne de faire directement face à la situation correspondante – même après. Mais des expériences de vie beaucoup moins graves peuvent également conduire à des traumatismes, dont l’impact ressenti et la symptomatologie diffèrent à peine. Si une somme d’expériences négatives à forte charge émotionnelle s’étend sur une longue période, elle peut laisser des traces aussi profondes dans le corps et l’esprit (traumatisme de type II) qu’un seul événement choquant. Beaucoup de ces traumatismes de type II se développent pendant l’enfance, car les enfants ont beaucoup moins de moyens que les adultes pour faire face à des situations difficiles. Dans ma pratique, j’ai pu observer une augmentation constante du nombre de clients souffrant de traumatismes de type II, surtout après le début de la crise de la CoVid, certainement parce que le contexte de la crise de la CoVid contenait tous les ingrédients nécessaires pour faire remonter à la surface des traumatismes dormants.

Néanmoins, je voudrais tracer ici une ligne de démarcation claire. En effet, le terme de traumatisme est souvent utilisé de manière inflationniste et inconsidérée dans le vocabulaire général et dans les médias.

Il semble être à la mode d’avoir un traumatisme et l’on parle beaucoup trop rapidement d’un traumatisme de divorce ou d’un traumatisme sur le lieu de travail, lorsque les gens connaissent des circonstances de vie difficiles. Cependant, les situations stressantes ne doivent pas nécessairement conduire à un traumatisme si l’on reste capable d’agir malgré le stress et si l’on peut même en tirer profit à plus long terme. Cet usage généralisé du mot est injuste pour toutes les personnes qui ont vécu des expériences traumatiques vraiment graves et qui souffrent de symptômes de traumatisme importants. Il en va de même pour les termes « dépression » ou « épuisement professionnel ». Il y a une grande différence entre une humeur maussade et une véritable dépression, tout comme il y a une grande différence entre la fatigue et un véritable burnout.

Les traumas ont plus d’impact à l’enfance.

Le Yin et le Yang du système nerveux

Indépendamment de la situation personnelle et de l’histoire de tout processus traumatisant, celui-ci affecte notre système nerveux d’une manière très spécifique. Le système nerveux autonome a – du point de vue de la MTC – un aspect Yin et un aspect Yang. L’aspect Yang est représenté par le système nerveux sympathique. Il nous met dans un état d’activité accrue. Il contrôle notre potentiel d’éveil.

Le système nerveux parasympathique représente l’aspect Yin. Il est responsable de toute forme d’apaisement. Comme pour le Yin/Yang, un changement dynamique et rythmique entre ces deux aspects est l’expression d’un équilibre sain et ce changement doit se faire à l’intérieur d’une certaine marge de tolérance. Pour comprendre ce processus, nous pouvons travailler avec une image : Il y a un plafond et un plancher. Si les phases d’activation et de relaxation se déroulent à l’intérieur de ces limites, tout va bien. L’étendue de ces limites est encore une fois une question individuelle, mais elle détermine notre degré de résistance au stress et notre capacité de résilience. Si la distance entre le plafond et le sol est faible, l’amplitude peut rapidement traverser le plafond ou le sol. En revanche, si la distance est grande, il y a suffisamment de tampon pour pouvoir absorber même des intensités de stress importantes. Cette fenêtre de tolérance est principalement façonnée au cours des premières années de la vie, surtout par la relation avec les proches soignants.

La caractéristique d’un événement traumatisant est que le système nerveux sympathique s’emballe. Une menace, quelle qu’elle soit, active un mécanisme de lutte, de fuite ou d’immobilisation, au-delà de son seuil de tolérance, ce qui rend impossible toute forme de contrôle conscient. Il en résulte un sentiment d’impuissance. Un sentiment écrasant qui ne laisse aucune marge de manœuvre. Le système nerveux sympathique pompe de l’énergie dans le corps, mais celle-ci ne peut pas être convertie. C’est comme si l’on cherchait une haute tension dans un système de conduction qui n’est pas fait pour cela. Le système de conduction est complètement surchargé. Les fusibles sautent. Le drame du traumatisme c’est que même lorsque la situation déclenchante est terminée, le signal d’arrêt de soulagement du corps reste absent. L’état commence à se manifester, en partant du système nerveux et en se déplaçant dans le corps, dans l’esprit et dans l’âme. C’est là qu’elle peut s’installer et avoir des conséquences profondes sur l’ensemble du mode de vie, pendant des années, voire des décennies. Les personnes touchées s’intègrent généralement de manière normale dans la vie quotidienne, mais pour elles, ce n’est pas un quotidien normal. C’est un défi majeur. C’est comme conduire avec le frein à main serré. C’est possible. Mais avec beaucoup plus d’efforts et de frictions.

Il s’agit bien sûr d’une représentation très simplifiée d’un processus traumatique, mais les mécanismes cruciaux se comportent de cette manière et nous aident à comprendre le sujet du traumatisme du point de vue du Shiatsu.

Structure énergétique du traumatisme

Lié aux mécanismes primaires de survie, le système nerveux agit de manière caractéristique, quels que soient les différents facteurs déclencheurs. Notre système énergétique présente également des schémas spécifiques, car le corps et notre système énergétique sont indissociables. Il s’agit d’une réaction en chaîne qui commence par les Reins. Selon la MTC, toute forme d’incertitude, de peur ou de choc affecte nos Reins. Ceux-ci activent à leur tour l’organe partenaire, la Vessie, qui contrôle le système nerveux sympathique par le biais du parcours de son méridien. La Vessie active le mode « combat et fuite » – un processus tout à fait normal. Dans la limite de la tolérance, le système peut à nouveau se réguler. Mais il en va tout autrement en cas de traumatisme.

L’énergie de la Vessie monte en flèche. L’énergie rénale s’effondre dans les sous-sols. Une suractivation massive accompagnée d’une peur profonde. Telle est la situation initiale.

La Vessie a trop d’énergie et le Rein a trop peu. En raison de la tension continue du méridien de la Vessie, le seuil d’excitation du système nerveux central est nettement plus bas qu’avant l’événement traumatisant. Ce phénomène s’accompagne souvent d’une hypersensibilité qui peut réactiver l’état d’anxiété stocké dans les Reins, même en réponse à de petits stimuli. On parle alors d’hyperexcitation. Même des déclencheurs supposés insignifiants, tels qu’un son particulier, un effet de lumière spécifique, une odeur, un message ou une photographie, peuvent déclencher un état d’excitation disproportionné. Cet état coûte une énorme quantité d’énergie, qui est puisée dans les reins, notre réservoir d’essence Jing.

(A suivre…)


Auteur

Mike Mandl

Traducteur

Ivan Bel

Related Posts:

Newsletter

Pour ne plus rater aucun article, stage, interview, information sur le Shiatsu, souscrivez à notre newsletter.




    En continuant, vous acceptez la politique de confidentialité (voir)

    Livre à commander

    L'Esprit du Shiatsu
    L'Esprit du Shiatsu
    Par Ivan Bel
    Commander

    Dernier podcast à écouter

    ×