Philippe Vandenabeele est l’un de ces travailleurs de fond que le Shiatsu passionne depuis de nombreuses années. Belge d’origine, il a bourlingué de pays en pays et appris de nombreuses techniques, il s’apprête aujourd’hui a publier la première version en anglais d’Ampuku Zukai, le livre de Shinsai Ota qui a été d’une influence majeure sur la création du Shiatsu. Enseignant en Suède, en Belgique et au Japon, il revient sur son parcours et se confie dans cette interview. Mieux encore, il nous livre en cadeau un extrait de son futur livre que vous pourrez télécharger à la fin de l’article. Découverte !

Ivan Bel : Bonjour Philippe. Avant de commencer cette interview, j’aimerais savoir comment est votre installation à Fukuoka ? Est-ce un grand changement pour vous ?

Philippe Vandenabeele. : Ravi de vous voir Ivan et merci de m’avoir invité à faire cette interview. Eh bien, le Japon a toujours été notre deuxième maison. Nous venions la plupart du temps une ou deux fois par an pour rendre visite à la famille de ma femme et étudier plus de Shiatsu avec nos professeurs. Depuis 2010, nous amenons des étudiants et organisons des cours au Japon donc, une fois installés définitivement à Fukuoka, c’était comme rentrer à la maison.

Maintenant que vous êtes parti pour le Japon, je suis sûr que la petite Belgique vous manquera. Pouvez-vous me me parler de votre enfance ? D’où venez-vous ?

La Belgique et l’Europe seront toujours dans mon cœur, et surtout Ostende sur la côte belge où j’ai grandi. La famille du côté de ma mère était liée à Ostende et à la mer. Ils étaient tous des marins: capitaines et pilotes d’origine française et hollandaise qui se sont retrouvés à Ostende. Les parents de mon père étaient d’origine italienne et flamande et travaillaient en France. Mon grand-père était barbier et mon père a appris son travail de son père et a ensuite ouvert son propre salon de coiffure à Ostende où il a rencontré ma mère qui travaillait comme infirmière. J’ai grandi derrière le salon de coiffure qui était situé près de la plage. Quand je n’étais pas à l’école ou sur la plage, tu pouvais me trouver dans son salon de coiffure où j’aimais l’aider. Dès l’âge de 10 ans, l’un de mes emplois était le lavage des cheveux. J’ai trouvé fascinant de toucher toutes ces têtes différentes. C’était comme s’ils racontaient tous leur propre histoire. D’une certaine manière, c’est devenu la base de ma fascination pour la carrosserie.

Quand avez-vous commencé à vous intéresser à la culture orientale ?

En tant que marin, mon grand-père était allé à l’est et ses histoires ont déclenché mon imagination. Mon père avait également un lien avec l’est, il pratiquait le karaté et il m’a laissé lire sa correspondance avec une de ses connaissances à Hiroshima. Ils se sont écrit pour pratiquer leur français. Les lettres parlaient de choses quotidiennes comme leur passé, le passage des saisons et la philosophie orientale, etc. C’était une belle façon d’avoir un aperçu du mode de vie japonais. Depuis mon plus jeune âge, je voulais tout savoir sur le bouddhisme et le taoïsme et mes parents m’ont donné la possibilité d’acheter tous les livres que je voulais concernant la philosophie et la culture orientales.

A 20 ans, vous avez déjà un sac sur le dos et vous voyagez en Asie. Où êtes-vous allé ? Qu’avez-vous découvert ?

Après 2 ans d’études d’histoire de l’art et d’archéologie à l’Université de Gand, j’ai réalisé qu’une vie académique n’était pas vraiment quelque chose pour moi. Au lieu de cela, je voulais sortir dans le monde. J’ai acheté un billet pour l’Inde et j’ai voyagé à travers le pays, m’aventurant même au Népal. C’était une expérience incroyable. J’ai passé un mois à Varanasi, je suis allé à Sarnath où le Bouddha a prononcé son premier sermon, et j’ai visité les lieux sacrés comme Bodhgaya et Rishikesh. Bien que je ne cherchais pas quelque chose en particulier, je voulais juste voir les endroits sur lesquels j’avais lu. Après 6 mois en Inde, j’ai rencontré mon premier professeur quelque part lors d’une longue journée de voyage en bus. Cette personne m’a initié à la pratique de la méditation Vipassana, de l’acupression Jin Shin Do et du Shiatsu. Ce fut une révélation pour moi. Soudain, j’ai su ce que je voulais faire de ma vie. Après un certain temps dans l’Est, je me suis retrouvé à vivre et à étudier avec mon professeur dans une partie reculée de la Norvège, vivant assez isolé dans une minuscule maison en bois dans les montagnes près des éléments. Plus tard, nous avons voyagé ensemble dans un centre de méditation dans le Devon au Royaume-Uni où j’ai fait ma première longue retraite de méditation Vipassana.

Qui était ce professeur que vous avez rencontré en Inde et que vous avez suivi en Norvège ? Il semble que vous ayez appris avec lui comme un étudiant privé ?

C’est un pratiquant / enseignant de Hallingdal en Norvège qui vit maintenant en Australie. Quelqu’un avec une riche expérience de la vie et avec un lien fort avec la nature. Peut-être que certaines personnes pourraient l’appeler un guérisseur, un mystique ou un chaman? Pas le genre de personne que vous pouvez trouver dans un annuaire téléphonique ou sur google comme on dirait aujourd’hui. Je pense qu’en tant que thérapeute manuel, il est important d’être ouvert à la rencontre de grands praticiens et de voir s’ils peuvent devenir mentors. J’ai eu plusieurs professeurs et mentors privés dans ma carrière. Étudier en groupe ou à l’école, c’est bien. On peut travailler sur de nombreux collègues étudiants différents, on reçoit des connaissances théoriques. Cependant, étudier directement avec un praticien expérimenté est un tout autre niveau d’apprentissage. Apprendre par l’observation, simplement en étant présent et apprendre en recevant d’un praticien expérimenté a été essentiel pour moi dans l’apprentissage de l’Art du Toucher.

Mais ce n’était pas votre formation officielle en Shiatsu, n’est-ce pas ?

Oui, ma formation formelle de Shiatsu est arrivée plus tard, à l’École Internationale de Shiatsu en Belgique et à Kienthal, en Suisse. A ce moment-là j’avais tout juste 25 ans. À l’École Internationale de Shiatsu, j’ai eu le privilège d’étudier avec Wilfried Rappenecker, Saul Goodman, Jan Vervecken et Dirk Oellibrandt. Jan et Dirk m’ont donné l’occasion de les aider régulièrement.

Impressionnant, ce sont tous des professeurs célèbres aujourd’hui ! Mais j’ai entendu dire que vous cherchiez toujours quelque chose de plus et que la méditation est un point important dans votre parcours.

Pendant mes études à l’École Internationale de Shiatsu, j’ai senti que j’avais besoin de nouvelles bases en méditation. À cette époque, Barry Long, le maître spirituel australien, était devenu mon professeur. Il faisait de la méditation dans la vie moderne quotidienne, avec tous ses défis, ce qui était une réalité pour moi. Pendant une période de cinq ans, j’ai suivi Barry partout où il enseignait, à Londres, Stockholm, Francfort, Hambourg, Amsterdam, Eindhoven, même deux fois à Sydney, Brisbane et des périodes plus longues dans la région de Byron Bay (ndr: en Nouvelle-Galles du Sud, Australie). C’est après une retraite intensive avec Barry, sur le chemin du retour d’Australie, que j’ai passé 6 mois en Thaïlande à étudier le massage traditionnel de ce pays. Pour moi, le massage traditionnel thaïlandais est devenu une partie intégrante de mon Shiatsu et depuis, je suis retourné plusieurs fois en Thaïlande pour en apprendre plus avec mes professeurs.

Lorsque vous avez commencé en tant que pratiquant, quels problèmes avez-vous rencontrés à vos débuts ?

Au début, j’ai eu du mal à comprendre la théorie et j’ai eu du mal à me rappeler où se trouvaient les méridiens. J’ai mis beaucoup de temps à comprendre ce que je faisais en fait (rires). Ce n’est que plus tard, quand j’ai voyagé au Japon et rencontré de grands pratiquants, que tout cela a commencé à avoir un sens. De plus, étudier les classiques de la médecine chinoise m’a aidé à gagner en confiance dans notre art.

Pourquoi êtes-vous parti pour la Suède ?

J’ai été invitée à enseigner en Finlande et en ai profité pour poursuivre mes études à Stockholm chez Axelssons, le plus grand institut de massage de Scandinavie. C’est pendant mon séjour là-bas que j’ai vu une affiche de l’École internationale de Shiatsu qui disait que Dirk Oellibrandt viendrait en Suède quelques semaines plus tard pour enseigner toute la formation de troisième cycle en Shin Tai. Je me suis immédiatement inscrit au programme. C’était la dernière fois que Dirk enseignait le Shin Tai avant de commencer sa propre école appelée «Du Mai». Il m’a demandé de faire partie de son équipe de professeurs et plus tard de devenir le directeur de «Du Mai» en Suède. Pendant ces 12 années j’ai exercé en Suède. Grâce aux nombreuses relations de Dirk, j’ai pu inviter des enseignants comme Mantak Chia, Henny Eleonora, Franz Deprez, Hilde Verhulst et Helga Wohlmutter en Suède. L’ostéopathe belge Helga Wohlmutter a donné une excellente éducation au Chi Nei Tsang dans notre école. Ici, son travail subtil et profond m’a beaucoup inspiré et m’a aidé à voir le travail abdominal d’une manière complètement différente.

Pendant un pélerinage au Japon

Juste pour être sûr, dans quelle langue avez-vous enseigné ? Vous parliez suédois ?

J’ai appris le suédois auprès de mes étudiants et de mes patients. Mais heureusement pour moi, la plupart des Suédois parlent également un très bon anglais, donc au début cela a été utile.

Qu’avez-vous appris en Suède sur le Shiatsu ? Le climat joue-t-il dans la répartition des énergies ou des pathologies ?

En Suède, environ la moitié de mes patients étaient des médecins ou des infirmières. En Scandinavie, j’ai connu une plus grande ouverture de la profession médicale occidentale vers la médecine non occidentale. En raison du climat et de la culture, j’ai rencontré pathologies assez différentes de par chez nous. Par exemple, c’était la première fois que je rencontrais autant de problèmes liés à la dépendance, en particulier des problèmes de dépendance à l’alcool.

J’imagine qu’avec ta femme tu as fait plusieurs voyages au Japon. Avez-vous continué à vous entraîner en Shiatsu là-haut ?

Hiroko, mon épouse, avait étudié à l’école «Iokaï» avec Haruhiko Masunaga (ndr : le fils de Shizuto Masunaga), il était donc naturel pour moi de la rejoindre chaque fois que je le pouvais. Nous avons continué à étudier lorsque nous sommes arrivés au Japon et nous avons même invité Haruhiko Masunaga à notre école à Bruxelles. Au Japon, j’ai suivi de nombreux cours où j’étais le seul occidental. Les japonais sont des étudiants très dévoués. L’apprentissage par imitation est l’une des grandes forces de leur culture. Ils ne sont pas habitués à poser des questions avant d’avoir beaucoup pratiqué. Dans l’ouest, une fois la classe terminée, tout le monde a tendance à rentrer chez lui. Cependant, au Japon, après la classe, ils s’assoient ensemble et pratiquent les techniques qu’ils ont apprises pendant la classe. Ils s’entraident en pratiquant encore lorsque l’enseignant est parti.

Hiroko Kobayashi et Philippe Vandenabeele

Comme beaucoup de pratiquants maintenant, vous avez choisi d’étudier la médecine chinoise. Pouvez-vous nous parler de vos études et nous dire pourquoi vous avez fait ce choix ? Cela vous a-t-il permis de progresser en Shiatsu ?

Lorsque que j’étudiais la médecine chinoise, je cherchais surtout un moyen d’élargir ma base théorique. En même temps, je voulais m’éloigner de la théorie macrobiotique du Yin/Yang et des théories New-Age que j’avais rencontrées lors de mes études en occident. Je voulais étudier en Chine et au Japon pour apprendre à la source. Je pense que cela m’a aidé à gagner en confiance en enseignant et en pratiquant le Shiatsu.

En 2006, vous revenez à Bruxelles pour ouvrir l’école Shinzui Shiatsu avec votre femme. A cette époque, aviez-vous modifié votre enseignement vos débuts ? Avez-vous fusionné ce que vous avez appris et découvert ?

J’étais encore à un moment de ma vie où je voulais construire une école solide de Shiatsu. Quelque chose de très pratique et terre à terre dans le but de former de bons pratiquants. Quand je regarde en arrière, je peux voir que la fusion de ce que j’avais appris était en marche. Peut-être pourrait-on dire que c’était encore au stade embryonnaire ? Peut-être que lorsque je regarderai en arrière dans 10 ans, je dirai la même chose de ma situation actuelle (rires). C’est un travail qui est toujours en cours.

Stage à Tokyo sous la direction de Haruhiko Masunaga

Vous n’êtes pas seulement un professeur de Shiatsu, mais aussi un passionné de culture japonaise, je me trompe ? Trouvez-vous des ponts, des liens entre les différents aspects culturels japonais et le Shiatsu ?

Bien sûr et c’est pourquoi j’aime apprendre tout en étant au Japon. J’ai un grand respect pour sa culture ancienne. Il y a encore tellement de choses que je découvre chaque jour simplement en vivant sur place. L’apparente simplicité du Shiatsu ainsi que sa grande profondeur, sa clarté, son raffinement et la méditation, ce sont des aspects typiquement japonais de l’Art du Shiatsu. On ne peut qu’être extrêmement reconnaissant de faire partie d’une si grande tradition.

Vous préparez maintenant la publication de la traduction anglaise d’Ampuku Zukai, le livre de Shinsai Ota. Pourquoi ce livre plutôt qu’un autre ?

J’ai d’abord beaucoup lu sur l’importance historique de l’Ampuku Zukai sur le Shiatsu, notamment dans les livres de Masunaga, puis les livres de Stephen Birch et Kiiko Matsumoto (1). Ce qui m’intéressait énormément était le fait qu’il s’agissait d’un livre où les techniques de travail abdominal étaient décrites. J’avais déjà appris Chi Nei Tsang de Mme Khun Ni et de Mantak Chia à Chiang Mai (ndr : ville au nord de la Thaïlande) et avait incorporé ces techniques dans mon Shiatsu. Mais je voulais en savoir plus sur le travail abdominal dans la tradition Shiatsu.

Pour réaliser cela, j’ai d’abord cherché des experts pour m’aider à faire traduire l’Ampuku Zukai. Ce projet a été achevé en 2017. Pendant le processus de traduction et avec mes recherches sur les origines d’Ampuku, j’ai accumulé davantage de matériel et acquis un peu plus de perspicacité dans l’histoire de l’Ampuku. J’ai décidé non seulement de me concentrer sur l’Ampuku Zukai mais aussi de partager d’autres documents que j’avais trouvés en chemin. Je souhaite que le livre fournisse aux lecteurs une meilleure compréhension d’Ampuku.

Je suis très content que vous ayez réalisé cet important travail pour la communauté du Shiatsu. Comment cela s’est-il passé ? Quelles ont été les difficultés de traduction de ce livre ?

Il a fallu de nombreuses années avant de trouver des savants qui comprenaient le japonais de la période Edo et étaient prêts à aider à la traduction de l’Ampuku Zukai. Le livre a été un effort d’équipe et nous serons heureux de publier enfin le livre vers septembre 2020 si tout se passe bien. Il sera présenté au Congrès européen de Shiatsu à Amsterdam.

J’ai hâte de le lire ! Mais concrètement, qu’est-ce que ce livre peut apporter aux pratiquants de Shiatsu ?

Je crois que cela donnera plus de détails sur l’histoire du Shiatsu et nous donnera l’occasion d’en apprendre davantage sur ces importantes techniques abdominales. En tant que pratiquant de Shiatsu, il est vital de pouvoir travailler plus profondément et de libérer le Hara. Le travail abdominal m’a aidé à augmenter l’efficacité de mes traitements et je souhaite qu’ils deviennent une partie essentielle de chaque pratique de thérapie manuelle.

Je suis complètement d’accord avec vous. Pouvez-vous nous faire l’exclusivité d’un petit extrait avec une photo ?

Oui, ça me ferait plaisir. (Extrait situé en fin d’article)

Revenons au Shiatsu. Aujourd’hui, les maladies semblent se multiplier dans nos sociétés occidentales ? A votre avis, pourquoi ? Le Shiatsu peut-il aider à combattre ces problèmes ?

Je crois que l’un de nos principaux problèmes est notre séparation d’avec la nature : notre séparation d’avec la Terre-Mère et notre séparation d’avec notre propre nature, de notre propre corps. Le Shiatsu a beaucoup à donner à notre époque moderne à cet égard. Je suis heureux de constater une prise de conscience croissante de l’efficacité du travail corporel et du succès grandissant de nos pratiques. Plus de gens semblent trouver leur chemin vers le Shiatsu et d’autres pratiques corporelles. Pour revenir à l’Ampuku Zukai et au travail abdominal, il y a une prise de conscience croissante de l’importance de l’abdomen (ou notre «deuxième cerveau») pour notre bien-être général.

Je me souviens d’une discussion que nous avons eue il y a quelques années sur le phénomène d’électro-sensibilité ? Vous aviez dit que cela pourrait être corrigé via Shiatsu. Pouvez-vous décrire ce problème en termes de troubles énergétiques ou de tableau pathologique ? Qu’arrive-t-il à ces patients ?

Eh bien, j’ai vu l’efficacité de nos traitements avec ce problème. J’ai souvent rencontré ce cas d’électro sensibilité (ou allergie à l’électricité) dans mon cabinet en Suède. Dans la plupart des cas, il y avait un «Kyo de la Rate», parfois en combinaison avec un Kyo dans la phase aqueuse. Ce que j’ai remarqué dans ma pratique, c’est que la plupart des gens qui viennent me voir avec ce problème étaient très actifs mentalement. Lorsque la Rate était impliquée, ces problèmes ont besoin d’un certain temps pour guérir et la personne doit être prête à changer en abandonnant certaines mauvaises habitudes.

Quels sont vos plans pour l’avenir ? Allez-vous ouvrir une école ou une clinique à Fukuoka ?

Mais c’est déjà le cas. Nous avons maintenant une école et une clinique à Fukuoka !

Waouh, c’est incroyable ! Déjà ?

Oui (rires) ! Dans mes traitements et mon enseignement, je combine les techniques orientales et occidentales que j’ai apprises au fil des ans ; je l’appelle Shinzui Bodywork. Les différentes façons de travailler avec le corps, qu’elles soient orientales ou occidentales, sont désormais fusionnées dans ma propre pratique corporelle. Mon objectif est de maintenir fermement mon travail dans un cadre oriental intégré à une approche anatomique occidentale. Par exemple, en utilisant les techniques que j’ai apprises de l’ostéopathe français Jean-Pierre Barral, j’ai pu comprendre, ressentir et évaluer la mobilité et la motilité des organes internes. Cela est devenu partie intégrante de mon travail corporel en combinaison avec le travail sur les méridiens Shiatsu. Pour moi, il n’y a plus deux façons différentes de regarder le corps mais plutôt, après 30 ans d’étude et de travail assidu, une fusion entre les approches orientale et occidentale.

Avant de finir cette interview, que recommanderiez-vous aux étudiants de Shiatsu qui souhaitent passer professionnel ?

Travaillez dur, aimez apprendre et n’abandonnez jamais ; les récompenses viendront avec le temps.

Merci beaucoup d’avoir pris le temps de répondre à mes questions.

Avec plaisir !


Notes :

(1) Stephen Birch et Kiiko Matsumoto sont les auteurs du célèbre livre “Hara Diagnosis: Reflections on the Sea“, Paradigm Publications; 1ère édition (1er juin1988), – disponible uniquement en anglais.


Téléchargement :