Interview Mihael Mamychshvili : de la Géorgie à Everything Shiatsu, une vie consacrée au Shiatsu.

22 Avr, 2023
Reading Time: 34 minutes

Dans le monde du Shiatsu, il y a les personnalités qui pratiquent le Shiatsu au quotidien et se font connaître ainsi, et celles qui mettent en avant ces mêmes personnes à travers les médias. Mihael Mamychshvili fait les deux. Depuis des années, il développe le Shiatsu et sa propre méthode, et donne la parole à de grands enseignants et praticiens à travers ce qui est probablement le programme d’interviews en direct le plus célèbre : Everything Shiatsu. Mais avant d’être un homme de médias, il est avant tout un praticien passionné et spécialisé traumatologie qui ne cesse de chercher des solutions pour libérer les hommes et les femmes en souffrance. Découverte d’un enseignant passionné et toujours souriant.


Cher Mihael, je tiens à vous remercier d’avoir accepté cette interview. Chaque fois que nous avons eu l’occasion de parler, j’ai remarqué que vous étiez un homme aux histoires incroyables. Dans notre petit monde du Shiatsu, vous semblez également être un homme passionné par cet art, et vous essayez de le promouvoir avec vos célèbres interviews Zoom et sur le groupe FB « Everything Shiatsu« , alors je suis sûr que vous avez beaucoup de choses à raconter. Êtes-vous prêt ?

(Rires) Oui, je le suis !

Pourriez-vous nous dire d’où vous venez et quels ont été vos débuts dans la vie, parce que c’est déjà une histoire incroyable en soi.

Je suis née en Géorgie, qui était à l’époque gouverné par l’Union soviétique. C’était une journée intense où une grosse tempête a fait tomber 3 mètres de neige et où toutes les routes menant à l’hôpital ont été fermées, de sorte que mon père était coincé dans un bar avec ses amis et que ma mère a accouché seule à l’hôpital.

Lorsque les routes ont été dégagées et que mon père est revenu à l’hôpital pour nous ramener, ma mère et moi, à la maison, l’hôpital lui a demandé de donner une certaine quantité de son sang à « Mère Russie », c’est à dire à l’État. C’était l’une de ces règles étranges que les Soviétiques appliquaient dans tous les pays qu’ils contrôlaient.

Mon père, têtu et provocateur, a refusé d’en donner ne serait-ce qu’une goutte. Ils ont alors refusé de me laisser sortir jusqu’à ce qu’il le fasse, ce qui a provoqué beaucoup de stress. Mon père a élaboré un plan et a convaincu ma mère de me placer dans un sac avec des couvertures et d’y attacher une corde afin de me descendre du deuxième étage de l’hôpital, tandis que mon père attendait dehors dans l’obscurité et le froid. Ma mère a accepté d’une manière ou d’une autre et le plan a été exécuté avec discrétion et bravoure et ils se sont enfuis vers la maison de mon grand-père.

Inutile de dire que cela constituait une infraction pour l’État et que la police a été envoyée à leur recherche. Mon grand-père et mon père ont conclu qu’ils pouvaient soudoyer le médecin-chef de l’hôpital pour qu’il signe un document par lequel mon père acceptait de donner son sang. Une enveloppe contenant de l’argent a été remise et un document officiel a été signé attestant que du sang avait été donné.

Cet événement a été très viscéral et restera ancré dans mon corps et mon esprit aussi longtemps que je vivrai.

Article sur Mihael lorsqu’il a commencé à s’intéresser à l’épaule gelée, à l’âge de 26 ans. À cette époque, il était réputé pour aider les personnes souffrant de problèmes d’épaule difficiles. (C) M. Mamychshvili

Bon sang, quelle histoire ! Quelques années plus tard, en 1979, vos parents ont décidé de s’installer en Israël. Comment cela s’est-il passé ? Avez-vous trouvé qu’il était plus facile de vivre là-bas une fois sur place ?

Israël était un pays chaleureux et merveilleux, et les années 80 ont été riches en souvenirs et en paix. C’était une époque où de nombreux immigrants du monde entier venaient s’y installer. L’immeuble dans lequel nous vivions ressemblait aux Nations Unies des nationalités. Il y avait peut-être 20 à 30 nationalités différentes qui vivaient dans le complexe. Aujourd’hui encore, l’odeur du curry indien me rappelle mon enfance et les films de Bollywood, car nos voisins du dessous venaient d’Inde. Il y avait aussi des Perses, des Russes, des Asiatiques, des Européens, des Arabes et des Africains. J’aimais la variété et surtout l’exposition à des aliments différents.

J’étais un enfant brillant qui excellait dans les sports et à l’école, et j’ai même joué dans l’équipe de football junior israélienne. Mon moment fort a été un voyage en Norvège et au Danemark avec mon équipe de football pour représenter Israël dans un tournoi mondial.

Nous avons une grande famille et des parents du côté de mon père, qui ont tous immigré à la même époque. Il y avait beaucoup de rassemblements, d’événements, de mariages et de célébrations en permanence, dans le style géorgien, ce qui signifie de la bonne nourriture, de la danse, de la poésie, de la musique et tout simplement beaucoup d’amour.

J’ai connu beaucoup de liberté et d’aventures dans un pays magnifique. La ville où j’ai grandi était dure mais très unie.

Vous étiez un très bon joueur de football et cela vous a aidé à traverser les épreuves de la vie. Mais en même temps, cela a été la source d’un grand traumatisme.

Comme je l’ai mentionné en Israël, j’étais très impliqué et j’ai excellé, mais en même temps, j’ai vécu des événements traumatisants de la part de personnes que j’aimais et en qui j’avais confiance. C’était très déroutant et j’ai porté un fardeau pendant de nombreuses années, tant ces souvenirs étaient profondément enfouis dans la honte, la confusion et la préservation de soi.

Première photo à l’hôpital général de Vancouver, aidant le programme Healthy Heart (service de cardiologie) à collecter des fonds et à sensibiliser le public. Ce faisant, les cardiologues en chef m’ont permis, ainsi qu’à mon équipe, de venir tous les mois pour éduquer les patients cardiaques et le personnel de réadaptation. (C) M. Mamychshvili

Une fois de plus, vos parents décident à nouveau d’immigrer, cette fois au Canada. On aurait pu penser que votre vie aurait été plus facile, mais en réalité, elle a été encore plus difficile. Vous avez même dit qu’il s’agissait d’un nouveau traumatisme dans votre vie. Pourquoi était-ce si difficile ?

Je viens de célébrer mon droit de passage à l’âge de 13 ans, ce qu’on appelle la Bar Mitzvah. Une grande fête réunissant plus de 250 membres de la famille et amis dans une belle salle sociale est une expérience inoubliable qui n’arrive qu’une fois dans une vie.

Peu après, mes parents sont venus me voir et m’ont dit que nous envisagions d’immigrer au Canada. La première chose que j’ai faite a été de consulter l’atlas pour voir où se trouvait le Canada, car nous n’avions jamais entendu parler de ce vaste pays. J’ai vu qu’il se trouvait en Amérique du Nord et pour nous, les enfants, l’Amérique c’était l’Amérique, les États-Unis et les années 80 étaient pleines de films proclamant que « L’Amérique c’est génial ». Je pensais que nous allions déménager en Amérique, jusqu’à ce que nous voyions une vidéo promotionnelle du Canada et que nous trouvions cela époustouflant : la faune, la nature, le patrimoine autochtone et la propreté des villes.

Tout s’est passé très vite et, en l’espace de six mois, nous avons dit au revoir à notre famille, à nos voisins et à nos amis. Nous avons pris l’avion et atterri à Vancouver, au Canada. Nous ne connaissions pas la langue, mais une famille avec laquelle nous avions grandi en Israël avait immigré l’année précédente et mes parents avaient décidé de les suivre. Nous comptions sur eux, mais ils étaient eux aussi dans le même bateau, avec seulement un an d’expérience.

Je me suis inscrit dans un grand lycée qui était principalement plein d’asiatiques et qui comptait de nombreux enfants riches. J’étais assise en classe, apprenant le français en anglais (le Canada est bilingue), que j’ai totalement oublié. Je venais d’un petit pays, d’une petite ville, d’une très petite communauté, et j’étais assis là, choqué, pensant que tout était tellement bizarre et différent. J’étais si choqué et bouleversé que je n’ai pas assisté aux cours pendant deux semaines, préférant partir à l’aventure dans la ville. Mes parents me déposaient le matin, je passais la porte d’entrée et je quittais l’école par la porte de derrière. Mes parents étaient occupés à trouver n’importe quel type de travail et ont commencé avec deux emplois à la fois, 24 heures sur 24, pour nous permettre de nous remettre sur pied.

Finalement, l’école a appelé mes parents pour leur demander où j’étais. Si j’avais toujours l’intention d’aller à l’école ? Mes parents ont répondu : « Nous le déposons tous les jours à l’école, que voulez-vous dire ? »

Par l’intermédiaire d’un traducteur, ils ont appris que je n’étais pas allé à l’école pendant deux semaines. Ce jour-là, je suis arrivé et on m’a demandé comment s’était déroulée la journée à l’école. J’ai répondu comme d’habitude : « C’était bien ». Inutile de dire que mes parents m’ont confronté et que j’ai craqué en leur expliquant ce qui m’arrivait. Je leur ai dit à quel point j’étais effrayé, confus et dépassé par les événements.

Le lendemain, ils sont venus à l’école avec moi et nous avons parlé avec le conseiller scolaire qui s’est rendu compte des erreurs qu’il avait commises en choisissant mes cours. On m’a fait suivre des cours d’anglais en tant que deuxième langue et j’ai reçu plus d’aide, ce à quoi je n’avais jamais été habituée en Israël. Là-bas, tout était si facile pour moi, j’excellais et j’étais aimé des enseignants et même du directeur. J’étais considéré comme une élève douée et ici « j’avais besoin d’aide »… tout cela m’était étranger et j’étais en train de devenir une personne « muette », quelqu’un qui ne parlait pas.

Le football m’a sauvé pendant ces quelques années à l’école et en dehors de l’école, car j’étais vraiment doué et j’ai commencé à gagner des championnats pour mon école et à être reconnu par les recruteurs canadiens comme une star en devenir.

L’école n’a fait qu’empirer, avec de mauvais professeurs qui aimaient vous humilier, comme en témoignait mon assiduité. J’ai également été victime de brimades psychologiques et émotionnelles de la part d’une brute. Cela durait chaque semaine jusqu’au jour où je l’ai attrapé, jeté contre le mur et menacé de le « tuer ». C’est aussi à ce moment-là que j’ai trouvé un refuge à la bibliothèque et que j’ai lu toutes sortes de livres sur le développement personnel, l’astrologie et la psychologie, car je voulais me comprendre et savoir quelle était ma place dans le monde.

À plusieurs reprises, le principal adjoint a envisagé de m’expulser, mais le principal, qui était italien et regardait nos matchs de football, m’a réconforté et m’a encouragé à travailler plus dur, à étudier davantage.

Ces premières années, j’étais très triste, très déprimé, très en colère et très seul.

Cela a dû être une période difficile pour vous. À 18 ans, vous allez pour la première fois à une fête et puis… tout a mal tourné.

Dernière année de lycée. C’était une année de « coming out » à un autre niveau. Je me sentais plus à l’aise, je travaillais mieux à l’école pour essayer d’obtenir un diplôme d’études secondaires. J’ai eu des professeurs très inspirants qui m’ont mis en valeur dans leurs cours. Les filles ont commencé à me remarquer et je suis devenu plus sociable et accepté. L’alcool et les drogues m’ont permis de me sentir « libre », car mes inhibitions, qui étaient très fortes, se sont dissipées et je me suis révélée davantage. Plus je me révélais, plus j’étais attirant et accepté par les autres. À la fin du lycée, j’ai exploré la vie nocturne et la vie tout court.

De 18 à 22 ans, j’ai vécu une période d’expérimentation, d’insouciance, de danger, d’automutilation et de dégoût de soi. Mais il y avait aussi dans ces états chimiquement induits des expériences de divinité, de palpation d’énergie, de grande intuition, de canalisation et de médiumnité.

Tout a changé lorsque je suis tombée amoureux pour la première fois d’une âme jumelle et que nous avons tous les deux eu le sentiment d’une histoire inachevée. Le sentiment de cet amour profond et notre désir d’explorer les paysages intérieurs ont commencé à m’éveiller lentement, mais je ne le savais pas encore.

Si l’on considère votre vie jusqu’à présent, on peut dire qu’il y a eu une accumulation de traumatismes qui ont failli vous détruire. Comment avez-vous réussi à vous en sortir ?

J’ai traversé une période très difficile au cours de laquelle j’ai subi une blessure au dos que personne ne pouvait soigner. Je recevais de nombreux traitements selon différentes modalités et je faisais ce que j’appelle aujourd’hui le « circuit ». Lorsque cette douleur n’a pas disparu pendant des mois, combinée à la douleur d’une rupture avec mon premier amour, j’ai été submergée émotionnellement.

Je me demandais : « Pourquoi est-ce que je souffre autant pendant si longtemps, encore et encore ?

Tout à coup, alors que je rangeais mon armoire (ce que je ne faisais normalement pas), des souvenirs de mes traumatismes enfouis dans mon subconscient ont surgi et m’ont brisée en mille morceaux. J’ai eu l’impression que ma réalité se dissolvait et que je sombrais dans un vide profond de désespoir et d’obscurité.

J’ai eu la chance d’être guidé par un ami vers un thérapeute ayant un héritage similaire. Il savait qu’il serait parfait pour moi. J’y suis allée et ma vie a commencé à changer car il était capable de comprendre exactement ce que je vivais à tous les niveaux. Ce qui m’a étonné, c’est qu’il m’ait donné les outils pour changer mon état et qu’il a parlé dans un langage spirituel qui s’est profondément connecté à mon esprit, tout en me donnant des outils tangibles et un espace pour me fondre et craquer.

L’une de ses recommandations était de méditer quotidiennement, car il était un bouddhiste pratiquant et un méditant expérimenté. J’ai donc décidé de suivre son conseil et de me plonger dans une retraite silencieuse de Vipassana à l’âge de 22 ans.

Cette expérience m’a vraiment guérie et m’a donné une base solide pour changer mes habitudes et guérir ma douleur avec le thérapeute. Pendant cette période de guérison, j’ai partagé mes traumatismes avec mes parents et ma famille, ce qui n’a pas été facile car tout avait été gardé à l’intérieur de moi pendant si longtemps.

Mihael travaille avec l’équipe de sauvetage de la Côte Nord et les premiers intervenants (C) M. Mamychshvili

Dans ce processus de guérison, vous avez décidé d’aller escalader une haute montagne dans l’Himalaya. Et quelque chose s’est passé là-bas qui vous a poussé directement dans les bras du Shiatsu. Pouvez-vous m’en dire plus sur cet épisode étonnant à Dharamshala ?

À l’âge de 25 ans, alors que je sentais que je guérissais et que je travaillais dur pour briser mes schémas de dépendance créés par ma douleur, je me suis offert une aventure de voyage pour me retrouver davantage. Cette fois-ci, consciemment, avec présence et conscience, j’ai voyagé en Inde, en Thaïlande et à Taiwan.

L’Inde m’a toujours « appelée » depuis que j’ai grandi dans le voisinage de familles indiennes, sentant le curry et regardant des films de Bollywood. Mais c’était un appel beaucoup plus profond, comme si mon âme demandait à aller dans un endroit qu’elle avait déjà visité. Je n’ai compris pourquoi qu’une fois sur place et après quelques jours de réorientation, j’ai ressenti une vivacité et une familiarité avec le pays et ses habitants. J’ai parcouru des endroits que je savais avoir parcourus auparavant.

En arrivant dans le nord de l’Inde en bus pour la ville de Dharamsala où vivent les Tibétains et le Dalaï Lama, j’ai sympathisé avec un Anglais et un Japonais qui descendaient du bus. Nous étions les seuls étrangers et nous nous sommes blottis près d’un stand de chai (thé indien) en regardant le lever du soleil. George Kingston (l’Anglais) était un alpiniste qui n’arrêtait pas de parler et Kenji (le Japonais) était un ingénieur discret, mais quand il disait quelque chose, c’était profond ou extrêmement drôle.

Un jour, George a fait nos bagages et nous a réveillés en s’exclamant que nous étions sur le point de partir à l’aventure sur une montagne locale. Nous pensions qu’il s’agirait d’une ascension facile, mais il a oublié de préciser que nous allions escalader l’une des montagnes de l’Himalaya dans le cadre d’une expédition de quatre jours. Pour faire court, lorsque nous sommes revenus, mon corps était dans un état lamentable et ma lombalgie chronique s’est réveillée.

J’étais persuadée que je trouverais quelqu’un en ville qui m’aiderait à soulager ma douleur grâce à tous les moines tibétains et à tous les cours et traitements proposés. Je suis allée sur la place de la ville et il y avait un tableau d’affichage assez long et impressionnant avec toutes les offres. L’une d’entre elles se distinguait par une étrange carte des systèmes énergétiques humains et s’intitulait « Shiatsu Therapy ». Je me suis approché et j’ai vu un parchemin collé sur l’affiche. J’ai décidé de l’ouvrir et, à mon grand étonnement il y avait une carte au trésor dessinée pour trouver ce guérisseur.

J’ai décidé de suivre les instructions et, après bien des allées et des vallées, car les rues n’ont pas de nom, j’ai trouvé cette maison. J’ai frappé à la porte et un homme à l’allure exotique est sorti – comme Yoda – les yeux, les dents et la peau brillants. Il m’a regardé de haut en bas et s’est mis à rire de moi de manière hystérique, ce qui m’a fait rire à mon tour. Puis il a repris son sérieux et m’a dit ….

 » Je sais exactement d’où tu viens ». J’ai répondu : « Personne ne peut le deviner ».

Il m’a dit où j’étais né, où j’avais déménagé et d’où je venais. J’ai été choqué et je lui ai demandé : « Comment le sais-tu ? » –

Il m’a répondu : « Un maître de Shiatsu sait tout sur vous en 5 minutes ».

J’ai demandé à être soigné et il n’avait pas le temps ce jour-là et m’a demandé de venir le lendemain. Ce jour-là est arrivé, j’ai hésité à aller le voir et j’ai changé d’avis. Le lendemain, j’ai quitté la ville sans avoir reçu une seule séance de sa part.

Cette salle avec des tapis de yoga est destinée aux cours que Mihael donnait dans son centre pour les personnes souffrant de traumatismes et aux ateliers de shiatsu (C) M. Mamychshvili

De retour au Canada à 26 ans, vous cherchez à apprendre une technique de guérison, mais vous ne savez pas laquelle choisir. C’est alors que le destin vous pousse une deuxième fois vers le Shiatsu. Cette fois, ce sera la bonne. Comment cela s’est-il passé ?

Après des mois de voyage, je suis rentrée au Canada et j’ai su que je voulais créer mon propre destin. Être mon propre patron et le faire selon mes propres conditions et valeurs. J’allais entrer dans une école de gestion d’entreprise parce que c’était logique. Le destin est intervenu et, par l’intermédiaire d’une femme avec laquelle je me suis liée d’amitié, elle m’a convaincue de suivre un cours où elle allait s’inscrire, pour les personnes en transition de vie.

Il s’agissait d’un cours de quatre semaines et tout s’est mis en place pour moi comme les pièces d’un puzzle. J’ai découvert l’importance de mes valeurs, de mes capacités innées et de mon objectif. J’ai également compris, avec l’aide des participants et des instructeurs, que j’avais toujours eu envie d’aider les gens depuis que j’étais enfant dans le bac à sable. Si quelqu’un souffrait, était seul ou était harcelé, j’essayais de faire quelque chose pour l’aider.

En réalisant tout cela, j’ai commencé à examiner les différentes vocations qui aident les gens, j’ai fait une liste de 20 possibilités, puis je l’ai réduite à 5. J’ai écrit ces 5 vies dans le futur en détail et j’ai choisi l’une d’entre elles, la voie du soigneur.

J’ai commencé à passer des entretiens avec différentes écoles, mais rien ne résonnait avec moi et avec ce que j’avais découvert au cours de mon propre voyage de guérison sur le corps et l’esprit. Un jour, je suis tombée sur une école connue qui lançait des programmes alternatifs et l’un d’entre eux s’appelait le programme de praticien en thérapie Shiatsu.

« Shiatsu, où ai-je déjà entendu cela ? Ah oui, l’homme à Dharamsala qui savait tout sur moi en 5 minutes ».

J’ai commencé à lire le programme et les poils de mon corps se sont dressés et tout mon être s’est mis à trembler, yesss ! C’est ça !

J’ai décroché le téléphone et je me suis inscrit immédiatement, sans avoir besoin de passer un entretien ou de m’asseoir dans la classe.

Qui était votre professeur ? Avez-vous des souvenirs de ces années de formation en Shiatsu ?

Commencer ce programme à 26 ans était d’un timing et d’un destin monumentaux. J’étais très enthousiaste mais un peu inquiet et nerveux à cause de ma blessure chronique au bas du dos qui se manifestait de temps en temps. J’ai fait part de ces inquiétudes au responsable du programme et à mon professeur principal, Ted Thomas. Il m’a regardé dans les yeux et m’a dit qu’il était fort probable que la douleur disparaisse pendant le programme. Je l’ai cru, j’ai repoussé mes inquiétudes et j’ai plongé à fond. J’ai senti qu’une partie de moi allait mourir et qu’une nouvelle partie allait renaître. Je me suis même rasé la tête à ce moment-là et j’ai repris mon vrai nom, Mihael, au lieu de Michael (qui avait été anglicisé lorsque nous sommes arrivés au Canada). C’était comme si j’avais trouvé un foyer, un temple, un centre d’entraînement pour récupérer mon pouvoir, mon essence, ma vérité.

Le programme a été créé par Ted Thomas, qui a joué un rôle important dans la diffusion du Shiatsu dans l’ouest du Canada. Il était l’enseignant parfait, bien ancré, professionnel, acceptant, bon communicateur, grand orateur, drôle, excentrique et bien équilibré. Sa formation en MTC était solide puisqu’il était également acupuncteur et herboriste et qu’il était un être humain très attentionné.

Il s’est entouré d’autres enseignants diversifiés qui ont apporté leurs propres influences grâce à leurs professeurs et à leur expérience de la guérison. Ce fut une expérience tellement enrichissante que nous avons également été initiés à la thérapie par moxibustion, en Gua Sha, avec les ventouses que j’ai adoré et que j’utilise toujours. Il y avait aussi la thérapie par la danse, le conseil, la nutrition et des introductions à d’autres modalités. Mais apprendre la théorie du Zen Shiatsu et la voir appliquée au quotidien, c’était comme découvrir un tout nouvel univers et un nouveau langage pour nos expériences sensorielles.

Mihael fait un Shiatsu à Vancouver (C) M. Mamychshvili

La palpation de la formation Hara a été le moment où quelque chose s’est ouvert au plus profond de moi et où j’ai pu commencer à « voir » les souvenirs de mes camarades de classe. Lors d’un exercice, nous avons échangé des diagnostics avec tous les élèves de la classe et, pour me tester, j’ai choisi de dire à haute voix ce que je voyais avec chacun de mes camarades de classe et tout était vrai.

Je me suis sentie extrêmement puissant grâce à la sensibilité avec laquelle j’avais lutté toute ma vie à cause des traumatismes que j’ai subis. Maintenant, je pouvais la canaliser pour aider quelqu’un et je me sentais fort en faisant cela, comme si je développais des muscles qui ne fonctionnaient pas bien auparavant.

Nous avons également eu l’occasion d’étudier dans un environnement hospitalier et de nous exercer sur le personnel médical, ce qui était prometteur, car cela nous permettait de penser que nous pourrions un jour travailler dans un environnement comme celui-là.

En outre, j’ai eu la chance d’utiliser ce que j’apprenais dans le cadre d’un emploi que j’ai obtenu en tant qu’aide-soignant privé auprès d’un homme âgé et riche qui n’avait pas de famille. Je suis restée avec lui pendant près de six mois, cinq soirs par semaine, l’aidant en privé avec d’autres aides-soignants, alors même qu’il passait aux soins palliatifs. J’ai senti qu’il avait choisi de mourir entre mes mains un soir où il a pu lâcher prise. C’était une expérience profonde à laquelle j’ai été honorée de participer et qui m’a servi pour mon avenir, car j’ai eu l’occasion de vivre cet honneur à plusieurs reprises.

Lorsque nous avons obtenu notre diplôme, je me sentais si fort et si enthousiaste à l’idée de ce que je pouvais apporter au monde et de matérialiser la chose la plus importante pour moi, le but !

Je me souviens avoir écrit sur mon mur :  » Je veux aider autant de personnes que possible avant de mourir « .

Mihael enseignant le Shiatsu dans son centre de Vancouver (C) M. Mamychshvili

Pour moi, le destin, ou le Ki universel, nous pousse constamment dans une certaine direction, et les premiers patients nous marquent pour toute notre vie de praticien. Pouvez-vous nous parler de vos premiers patients ?

Lorsque j’ai commencé, j’ai suivi un programme d’auto-entrepreneur pour m’aider à démarrer mon entreprise/pratique. Ce programme était subventionné par le gouvernement de l’époque, j’ai posé ma candidature et j’ai été acceptée. Je n’arrivais pas à y croire, car je recevais une formation et un enseignement et j’étais payée chaque semaine pour participer à ce programme et démarrer mon activité indépendante. Pendant deux semaines, j’ai eu l’impression d’être victime d’un tour de passe-passe. Mais il n’y a pas eu de piège, juste un bon timing et de la chance.

J’ai loué une chambre dans une clinique de naturopathie appartenant à un homme perse plus âgé qui est devenu comme un oncle pour moi au cours de ces années. J’ai préparé des cartes, un site web, tout le matériel et l’équipement. Ma chambre était peinte et meublée, un téléphone portable et un ordinateur étaient prêts à fonctionner, mais je n’avais pas de clients. Une semaine passe, deux semaines, personne n’appelle mon téléphone, ni n’envoie d’e-mail pour prendre des rendez-vous, et le loyer arrive à la fin du mois.

Me souvenant de ce que j’avais appris dans le cadre du programme de travail indépendant, j’ai décidé d’approcher un magasin de produits de santé local et de lui proposer de faire du Shiatsu sur chaise pour sa clientèle. J’étais tellement nerveux et timide, mais désespéré. J’ai pris mon courage à deux mains, je suis entré, je me suis présenté à la propriétaire et j’ai dit :  » Je propose de venir une fois par semaine pour masser gratuitement tous les clients qui le souhaitent. Voulez-vous recevoir un traitement pour l’essayer ? »

Elle m’a répondu : « Désolée, je n’aime pas être touchée ».

J’étais prête à partir avec mon fauteuil de massage et la tête basse. C’est à ce moment-là que son mari est entré, un grand tchèque, musclé, et là elle a dit : « Attendez, mon mari adore les massages, il va vous essayer ».

Le mari s’est présenté, m’a donné la plus forte poignée de main que j’aie jamais reçue de ma vie et s’est assis sur la chaise. Au bout de dix minutes, il a levé le pouce vers sa femme et lui a dit : « Ce jeune homme est incroyable ! »

Ils ont accepté que je vienne chaque jeudi et m’ont encouragé à demander de l’argent à leurs clients en disant que je le méritais.

Je suis venue le premier jeudi et ma première cliente était une femme âgée, très timide et hésitante, qui avait l’air de ne pas se sentir bien et d’être mal à l’aise. Elle s’est assise sur la chaise et j’ai travaillé avec elle pendant environ 20 minutes, car il n’y avait pas beaucoup de monde. Elle s’est levée, m’a payé, m’a dit merci beaucoup et est partie. Je me sentais bien dans ma peau et d’autres commençaient à s’asseoir sur la chaise. Au bout d’une heure, cette femme est revenue et m’a dit qu’elle ne s’était jamais sentie aussi bien depuis deux ans. Elle voulait me voir chaque semaine pour des séances car elle était sur le point de subir une opération et des traitements contre le cancer.

Je lui ai remis ma carte et elle est devenue ma première patiente hebdomadaire. Par la suite, elle m’a recommandé de nombreux patients atteints de cancer en devenant chauffeur bénévole pour d’autres patients. Mon deuxième patient était une personne atteinte de fibromyalgie qui souffrait de douleurs intenses et de dépression. Ma troisième patiente était une personne qui sortait d’une relation abusive. Elle souffrait énormément et pleurait tout au long de chaque séance.

La quatrième était une patiente souffrant d’une épaule gelée que j’ai aidée en quelques séances seulement après l’échec de tous les autres traitements suivis pendant deux ans. Il s’est avéré qu’elle était rédactrice dans un journal local et qu’elle était si reconnaissante qu’elle a écrit un article d’une page sur son expérience avec moi. Inutile de dire que tous les patients souffrant de problèmes chroniques d’épaule et d’épaules gelées m’ont appelé au téléphone pendant trois mois.

Je commençais à découvrir et à apprendre rapidement que beaucoup de ces patients avaient vécu différentes formes de traumatismes qu’ils partageaient avec moi ou qui leur étaient « révélés » pendant les séances, et ce n’était pas une coïncidence.

J’ai rapidement acquis une réputation et plus tard, j’ai également travaillé avec des stars de cinéma, des musiciens et des chanteurs de l’industrie du divertissement. C’était bien d’être connu, mais je voulais poursuivre un travail plus significatif et j’ai vu que mon travail était avec les traumatismes et que c’était ma destinée.

Sous une cascade, Mihael a participé à l’animation et aux séances de Shiatsu d’un camp en pleine nature pour les personnes souffrant de stress post-traumatique, appelé « Camp My Way ». Ce camp était destiné au personnel des urgences et aux soldats.
(C) M. Mamychshvili

Après quelques années, en 2009, vous avez décidé de ne pas résister à ce destin et vous vous êtes lancé dans une nouvelle aventure : une clinique multidisciplinaire pour les victimes de traumatismes. Vous devez nous décrire l’énorme travail réalisé en 10 ans.

Lorsque j’ai commencé à examiner les statistiques relatives aux traumatismes au Canada et aux États-Unis, j’ai été choqué. J’ai vu une épidémie silencieuse me fixer dont peu de gens parlaient. J’ai commencé à découvrir des études et des recherches qui montraient de manière concluante que les traumatismes étaient à l’origine de nombreuses maladies, affections, troubles et douleurs chroniques.

Des pays comme le Canada, qui est « insulaire » par nature, présentaient des taux plus élevés de syndrome de stress post-traumatique que des pays comme Israël. La honte et la culpabilité sociétales étaient telles que les gens s’isolaient avec cette maladie invisible.

La communauté médicale n’avait pas la formation nécessaire pour la diagnostiquer, ni même pour la reconnaître. Il n’y avait pas de sensibilisation à la maladie comme nous le voyons et l’entendons aujourd’hui. La pandémie du Covid l’a récemment révélée à la loupe.

J’ai senti que Dieu, le divin, mon moi supérieur me tapait sur l’épaule pour que je le fasse, que j’ouvre un centre et que je mette un mégaphone sur ce sujet. Ma chère épouse a partagé ma vision et nous avons tous deux mis tout ce que nous avions dans ce projet.

Nous avons construit un grand espace et créé un magnifique centre de guérison. Nous avons fait appel à une équipe de thérapeutes qui souhaitaient travailler sur les traumatismes et les douleurs chroniques d’une manière intégrative. Nous avions une équipe de :

  • Psychothérapeutes
  • Massothérapeutes
  • Ostéopathes
  • Médecins MTC et acupuncteurs
  • Médecins naturopathes
  • Chiropracteur
  • Ergothérapeute
  • Nutritionnistes
  • Hypnothérapeutes
  • Yoga, Qi gong et thérapeutes du son

Il a fallu quelques années pour créer une identité, une philosophie, une culture et une méthodologie. Nous avons créé :

  • Des outils d’évaluation intégrative
  • Nous avons investi dans la formation et le mentorat au sein de l’entreprise
  • Des programmes intégratifs axés sur les résultats
  • Nous avons fait venir des conférenciers
  • Nous avons mené des actions de sensibilisation au sein de la communauté
  • Soutien aux organisations qui sont en première ligne

Je suis très fier du travail que nous avons accompli et du nombre de personnes que nous avons pu traiter et avec lesquelles nous avons travaillé. Nos programmes ont été couronnés de succès et les membres des familles ont fait venir leurs proches du monde entier dans notre centre.

Je suis particulièrement fier de la collaboration que nous avons réussi à établir avec le service de cardiologie de l’hôpital local, car nous étions la seule équipe non médicale autorisée à venir sur place pour parler aux patients cardiaques.

En fin de compte, de nombreux membres du personnel sont venus à notre clinique et certains patients aussi.

J’ai également eu l’honneur de travailler avec des organisations qui travaillent dans les domaines suivants :

  • La toxicomanie et les traumatismes
  • L’aide aux femmes victimes de viols
  • Un camp de traitement du syndrome de stress post-traumatique pour les premiers intervenants et les soldats

Nous avons créé de nombreux traitements innovants et travaillions parfois en tandem, comme je l’ai fait, en étroite collaboration avec un hypnothérapeute. Il crée des régressions et j’aide en même temps le corps à libérer les traumatismes.

J’ai également collaboré avec des psychothérapeutes, des acupuncteurs et des ostéopathes, allant parfois d’une salle de traitement à l’autre.

Photo de rafting avec l’équipe intégrative de Mihael dans sa clinique. Ils ont fait du team building dans la nature. (C) M. Mamychshvili

À un moment donné, il semblerait que c’était trop. Pourquoi avez-vous arrêté la clinique ?

Pour être honnête, je ne sais pas comment j’ai pu faire tout ce que j’ai fait pendant toutes ces années. Je traitais les clients individuellement, je faisais des traitements en tandem, j’encadrais mon équipe, j’étais thérapeute principal et je gérais les progrès de nos clients qui suivaient les programmes d’intégration, je faisais des exposés, des conférences, j’enseignais et je gérais l’entreprise avec ma femme. J’envisageais de l’agrandir, de faire appel à des partenaires et à des investisseurs et de continuer à développer cette plateforme.

Il a fallu que mon cousin, que j’aimais comme un frère, soit soudainement atteint d’un cancer en phase terminale pour que je m’arrête. J’ai essayé de l’aider et cette expérience m’a réveillé du train dans lequel je me trouvais. Je suis rentré à la maison après son décès et j’ai dit à ma femme que nous arrêtions tout cela. Nous avions souffert d’un stress énorme en créant cette vision. Le moment était bien choisi, car peu de temps après la pandémie est arrivée. J’ai senti que j’avais fait tout ce que je pouvais et que j’avais énormément progressé, et qu’il était temps de changer de vie et d’orientation.

Vous avez créé une nouvelle approche appelée Neuropath Reset. De quoi s’agit-il ? Pourquoi ce nom ?

Ce que j’ai appris vers la fin dans notre centre et avec nos clients, c’est que oui, nous pouvons les aider à guérir et à changer avec nos programmes intégratifs et même parfois faire des miracles ; mais il manquait quelque chose et c’était de leur donner les outils pour le faire eux-mêmes. J’ai également appris que la thérapie Shiatsu ne suffit pas à elle seule à aider les personnes souffrant de traumatismes et de maladies chroniques. Grâce à mon exposition à toutes les modalités et à mon évolution personnelle en tant que thérapeute et propriétaire de clinique, j’ai élaboré une approche plus complète pour soutenir, éduquer et traiter les gens.

J’ai commencé à créer un langage et une architecture de guérison et à combiner les nombreux outils que j’ai acquis pour créer la méthode NeuroPath Reset. Il s’agit en partie d’un travail pratique combinant le Shiatsu et le travail avec le système nerveux, une partie de coaching, de travail spirituel, d’intuition et d’outils d’enseignement. L’autre partie est un travail de groupe auquel mes clients participent.

Au début, j’ai commencé à expérimenter et à organiser des groupes hebdomadaires de 10 à 15 personnes et à leur enseigner des outils pour la découverte de soi, la guérison et la libération des traumatismes. J’ai enseigné les outils individuellement, puis j’ai commencé à les mettre en séquence, le résultat a été puissant et profond.

J’ai continué à le modifier et je continuerai à l’enrichir, j’en suis sûr, mais pour l’instant, c’est un processus puissant que j’enseigne à ces groupes. La beauté de la chose est qu’ils acquièrent de nombreux outils d’autorégulation, d’évaluation, de libération, d’alignement, de résilience..

Je fais toujours précédé l’expérience pae ces mots :

« Certains d’entre vous vont réaliser des choses qu’ils n’avaient jamais réalisées auparavant.
Certains d’entre vous vont se souvenir de choses qu’ils avaient oubliées
Certaines de vos douleurs vont disparaître
Certains d’entre vous vont libérer des choses qu’ils ont stockées
Certains d’entre vous vont s’effondrer et l’un d’entre vous voudra partir.
Et vous serez ceux qui créeront tout cela ».

Dans le centre d’intégration, certaines personnes apportent une thérapie par l’art. Ici l’artiste était un ancien mercenaire qui souffrait du syndrome de stress post-traumatique. (C) M. Mamychshvili

Avec la crise Covid, vous décidez de faire deux choses différentes : des interviews filmées et de l’éducation. Pouvez-vous décrire ces deux nouvelles activités en plus de votre pratique du Shiatsu ?

Comme tout le monde, lorsque le Covid a frappé, j’ai voulu continuer à soutenir mes clients et ma communauté. Avec l’aide de Cliff Andrews, j’ai réalisé que je pouvais faire de la guérison à distance et mes clients, à leur grande surprise, ont trouvé cela puissant et efficace. C’est là que mon expérience de coach s’est avérée utile et que l’enseignement des outils en ligne s’est avéré efficace. Aujourd’hui, la moitié de ma pratique consiste à travailler avec des personnes en ligne dans le monde entier.

J’ai également constaté que la communauté mondiale du Shiatsu avait besoin d’une plateforme pour se réunir et c’est ainsi que le podcast vidéo Everything Shiatsu a vu le jour. C’est le fruit de mon amour pour cette thérapie, mais j’ai aussi compris que nous, thérapeutes en Shiatsu, devions sortir de l’ombre et aider davantage les communautés.

J’ai aimé apprendre des invités, garder notre communauté inspirée et j’ai vu une renaissance se produire sous mes yeux dans le monde du Shiatsu. Je crois que nous pouvons faire beaucoup plus et que nous avons quelque chose d’unique à offrir en ces temps difficiles et complexes.

C’est pourquoi je souhaite partager mon travail sur les traumatismes avec tous les thérapeutes en Shiatsu et je suis impatiente de participer à mes prochains ateliers internationaux au Portugal, en France, en Autriche et dans d’autres pays à venir.

Mihael est béni par des natifs américains en tant qu’invité d’honneur et contributeur à la sensibilisation aux traumatismes et à la toxicomanie. (C) M. Mamychshvili

Finalement, même si vous avez été formée à de nombreuses techniques thérapeutiques, vous êtes revenu au Shiatsu. Comment vivez-vous cette relation avec le Shiatsu ?

Le Shiatsu a toujours été au cœur de tout ce que je fais, les outils, l’éducation, l’approche. Il nous a même aidés lorsque nous travaillions avec toutes les modalités, car c’est un excellent complément aux diverses méthodes de traitement, mais aussi une excellente source d’évaluation de ce qui se passe de manière holistique, en conservant une vue d’ensemble et en utilisant notre intuition innée. Dans ma clinique, beaucoup ne connaissaient pas le Shiatsu et ne savaient pas comment un thérapeute Shiatsu pouvait diriger ce type de programmes et jouer un rôle vital dans l’ensemble du processus. Mais les clients l’ont toujours su et se sont sentis compris et vus à travers les lentilles du Shiatsu. Les thérapeutes ont également vu de leurs propres yeux ce que le Shiatsu a pu apporter à tous les niveaux et ont éprouvé un immense respect.

L’apport des autres méthodes et outils que j’ai acquis est parfaitement intégré au Shiatsu, les principes sont toujours basés sur le Shiatsu. Comme la présence, l’intuition, le maintien de l’espace, la création d’un processus thérapeutique sûr, l’offre de ce toucher si spécial centré sur le hara et notre intention.

Je tiens à vous remercier pour votre temps et votre dévouement à aider les gens autour de vous.

C’est moi qui vous remercie.


Formations à venir

Stage France : Retrouvez Mihael lors de son prochain stage à Paris du 17 au 19 Mai 2024

Stage Autriche : Mihael participera au Shiatsu Summit sur les traumas à Vienne, du 30 Mai au 02 Juin 2024


Auteur

Ivan Bel

Related Posts:

Newsletter

Pour ne plus rater aucun article, stage, interview, information sur le Shiatsu, souscrivez à notre newsletter.




    En continuant, vous acceptez la politique de confidentialité (voir)

    Livre à commander

    L'Esprit du Shiatsu
    L'Esprit du Shiatsu
    Par Ivan Bel
    Commander

    Dernier podcast à écouter

    ×